CAP Mois Zéro : zéro répit!

Des gammes et des arpèges…

Août 2020 (ou ce qu’il en reste) : mois de préparation avant le lancement des opérations sérieuses dans la course au CAP orchestrée par Christine Charles dans son livre intitulé « Passez votre CAP Couture avec Artesane.com ». N’allez pas songer à quelque causerie en dilettante sur le métier de couturière car la liste des pré-requis dressée par l’auteure mérite un peu de temps et de soins, même pour les couturières amateures qui pensent en avoir vu d’autres.

Pour ma part, ces fameux pré-requis, matériels, théoriques ou pratiques, se répartissent en trois catégories :

  • Ceux dont je me dispense parce que, vraiment, je gère – ou du moins en suis-je persuadée 🙂
  • Ceux qui  méritent vérification
  • Ceux qui vont me faire sukkeler* sévère

* Pour les lecteurs non Bruxellois (qui sont une large majorité), sukkeler, c’est ramer, souffrir, suer à goutte, mâchouiller le crayon jusqu’à ce qu’il se transforme en sciure de bois,… Enfin, un peu tout çà en un seul mot.

Voyons ça de plus près voulez-vous?

Catégorie 1 : Sophie gère trop bien 😀

Hauts les coeurs, commençons par se booster le moral en listant les acquis bien acquis (le chat de l’atelier affalé à mes côtés à du mal à ronronner plus fort que moi 😉 :

  • Les bases de la couture à la main : eh oui, je viens d’une génération et d’une région où la couture manuelle s’enseignait à l’école. Comme j’adorais çà par dessus le marché, que ma maman a une formation en couture, qu’avant de m’offrir une machine, j’ai tout de même cousu quelques vêtements complètement à la main, que j’ai aussi beaucoup brodé, et que le bout de mes doigts en est délicieusement buriné (je déteste les dés à coudre), j’estime que ce pré-requis est acquis 😀
  • Les bases du dessin de mode : oufti! (comme on dit à Liège) Christine trouve que c’est un pré-requis! Perso, ça ira mais si elle m’avait demandé ce genre de « bases » il y a seulement 6 mois, j’aurais bien déchanté. Seulement voilà, pendant le confinement, Artesane a organisé des Master Classes, c’est-à-dire des séances avec les professeurs et partenaires d’Artesane, qui, en direct depuis leur salon vous offraient comme çà, tranquilles, des cours de dessin, de dessin de mode, de patronage, de couture de lingerie, de calligraphie,… J’en passe. Mais à cette occasion, j’ai bien mordu aux séance de dessin et de dessin de mode de Marie-Gabrielle Berland. Tant et tant que je les ai complétés d’autres cours du catalogue Artesane (avec cette fois aussi Rebecca Meurin) sur le même thème et finalement, là, au niveau « pré-requis de base », je me sens comme un fil dans le chas d’une aiguille. Mais… au niveau « pré-requis » seulement! J’ai hâte d’apprendre.
  • Les bases du patronage : pour les mêmes raisons que celles évoquées pour les bases du dessin de mode, je peux affirmer disposer des connaissances préalables en la matière. Je vais d’ailleurs tenter d’utiliser parfois, pour la réalisation des pièces mensuelles basiques du programme, des patrons sur mesure réalisés par mes soins. En septembre notamment lors de la réalisation d’une jupe droite. Les essayages de la toile sont en cours et la cliente (une ado qui me sert de fille) est satisfaite, ce qui est en soi un succès. Affaire à suivre!
  • Les bases de la technologie textile : en tant que pré-requis, c’est ok aussi, même si j’attends avec impatience de creuser le sujet courant d’année. Ces connaissances, je les dois à un intérêt naturel pour la chose et un livre qui m’est tombé entre les mains et qui ne quitte pas ma table de nuit : Stylisme : Les textiles de Gaïl Baugh.

Catégorie 2 : une vérification s’impose

  • La disponibilité du bon matériel : je suis peut-être bien la reine du système D en la matière, alors je dois me faire violence et veiller une fois pour toute à disposer d’un matériel robuste et suffisant pour les objectifs que je m’assigne. Un coup d’oeil à la liste de Christine et j’identifie quelques carences légères à lourdes, que je ne pourrai pas régler d’un coup. Je liste ci-dessous uniquement les éléments qui me manquent ou ne sont pas top top… :
    • La machine familiale : je me contenterai de l’existante même si elle ne répond pas tout à fait au critère « épaisseur des tissus tolérée ».

IMG_1142

    • Une zone de coupe permanente :  ce sera la table de la salle à manger, comme d’hab’ et rien d’autre.
    • La surjeteuse : elle vient d’arriver par la poste pour mon anniversaire! Gâtée la Sophie par son marinou : la surjeteuse b44 Funlock de Bernina (Bernette), s’il vous plaît! Avec tous les réglages manuels, comme suggéré par Christine Charles. Je l’ai testée aujourd’hui même et que dire… C’est juste addictif et JE L’AIME!
    • Le poste de repassage avec centrale vapeur. C’était l’un ou l’autre, la surjeteuse ou la centrale, et mon coeur s’est déchiré là-dessus mais tant pis. Je conserverai mon « biesse* » fer, cadeau de mariage qui me rend service depuis… 24 ans genre. Robuste la bête! Mais je ne vais tout de même pas le laisser tomber dans l’escalier malencontreusement si? * biesse fer =  fer classique.
    • Les ciseaux : ça va si le même marinou si sympa avec sa surjeteuse ne devient pas un diable qui emporte mes ciseaux à tissu pour couper n’importe quoi. Grrrr. Sur le même sujet (parce que des diables il y en a dans tous les foyers), j’ai entendu Anne-Sarah d’Artesane suggérer un cadenas! Chiche!
    • Les épingles : je manque d’épingles fines, je m’en suis procuré. Ca fait des années que je vois mes tissus s’abîmer sous la prise d’épingles de supérettes et il me faut attendre de lire noir sur blanc que c’est inacceptable pour réagir. Parfois j’ai honte!
    • Les outils de marquage : là, j’ai à faire parce que j’utilise vraiment n’importe quoi pour marquer. De plus, j’ai toujours bâclé un peu cette étape pourtant cruciale. Alors autant accompagner mes bonnes résolutions avec du matériel adéquat, histoire de se mettre en ordre de bataille : la roulette est arrivée par la poste et ma mercerie a commandé du papier carbonne. Le marquage… Rien qu’en pensée, je me sens déjà stressée. La patience va être un défi permanent dans cette aventure CAP…

IMG_3224

Et voilà! Pour le reste du matos, j’ai déjà, je suis prête!

  • Les bases de la coupe : oui, bon… Ca va un peu avec le marquage hein. Quand on bâcle l’un, on a du mal à ne pas bâcler l’autre… Révision complète donc depuis la remise à l’équerre du tissu (je ne faisais jamais çà – vive le faux-biais!) jusqu’au marquage. Par grande chance, je peux « sauter » les passages bien connus sur le vocabulaire employé et les symboles patron.
  • Les bases de la couture machine (machine classique) : je connais ma machine et tous ses réglages, cela va sans dire. Par contre, oserais-je jurer que mes coutures sont précises? Vu que mon marquage ne l’est pas, forcément, non, je n’oserais rien affirmer. Suis-je même capable de dire, comme çà, à brûle pourpoint, si je peux coudre en suivant une ligne droite sans jamais m’en écarter de plus d’un millimètre (écart toléré lors du CAP)? Je parie que oui mais je ne sais pas le dire, je n’ai jamais essayé. C’est donc avec curiosité et intérêt que je me suis lancée dans les 36 exercices proposés par Christine Charles. 36 exercices qui sont un peu les lignes d’écriture de la couturière.

Bilan technique :

  • Coutures droites dans le droit-fil : ok
  • Coutures droites dans le biais : ok
  • Coutures droites parallèles : ok mais plus ok dans le droit-fil que dans le biais et plus ok pour coudre les parallèles à droite de la ligne repère qu’à gauche. Etonnant! Je n’ai pas fini avec çà, je sens que je vais faire des gammes souvent 😀 Par curiosité, je me suis mise à tester une couture droite dans la trame : surprenant de voir son fil dévier ainsi sans rien faire. Je n’avais jamais fait attention à cela.
  • Coutures courbes : ok

Bilan personnel : je ne couds déjà plus comme avant : tenir la ligne devient amusant et surtout CONSCIENT. Avant, je n’y prêtais pas beaucoup d’attention (c’était à peu près çà et c’était bien comme çà). De plus, les exercices proposés par Christine Charles ont attiré mon attention sur les différents comportements de la couture et du tissu suivant qu’on travaille le droit-fil ou le biais. J’appréhendais des lignes d’écriture bien ennuyeuses alors que finalement, ces exercices ont attisé ma curiosité. J’ai le sentiment de reprendre tout depuis le début mais sans plus griller d’étapes. Top!

Catégorie 3 : ça va être chaud!

  • Les bases de la couture machine (surjetteuse) : je n’ai jamais approché une surjeteuse de toute ma vie. Enfin, jusqu’à ce que ma nouvelle amie arrive dans les bras du facteur aujourd’hui. Jusqu’ici, je me contentais d’admirer les finitions des autres blogueuses (sb couture est sur ce sujet un de mes rendez-vous favoris : toujours aussi beau dedans que dehors avec elle!). Moi, je me tenais éloignée de cette machine coûteuse à l’air complexe avec ses 4 bobines. Trop impressionnante pour moi! Mais là, je n’y coupe pas. Ca fait partie du programme et surtout, ça fait partie de mes objectifs personnels : coudre du partageable, du transmissible, du durable. Le point zigzag de ma vieille compagne ne permet pas ce niveau de propreté et de solidité. Mais… Recevoir une machine par la poste ne va pas me transformer en super utilisatrice n’est-ce pas? Donc, les exercices proposés par Christine Charles sont bienvenus! En voici les premiers échantillons :

IMG_3223

  • Bien réagir face à un cahier de charges et lire une gamme de montage : Comment dire! C’est de l’info, à lire et relire, à retenir et sortir de sa tête au moment idoine. Donc, j’ai lu, relu et j’attends les premières réalisations de septembre pour vérifier ma compréhension.

Après ces préparatifs bien intenses, je vais m’offrir une semaine de repos avant d’entrer dans le vif du sujet en septembre. Je vous tiens au courant de mes mésavenures, promis!

Sophie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s