CAP Mois 1 : Le basique à coudre

Grande odyssée d’une petite jupe droite

Dans le programme d’apprentissage du livre « Passez votre CAP avec Artesane.Com », chaque mois se décline à travers un certains nombre de rubriques récurrentes qui visent tantôt des connaissances théoriques, tantôt des exercices pratiques. Ces derniers connaissent chaque mois deux moments forts : la couture d’un basique de la couture et la réalisation d’une pièce plus complexe, le modèle du mois, dont le patron est fourni avec le livre.

Le présent article est consacré au basique à coudre pour ce premier mois de la course au CAP : une jupe droite, dotée de deux pinces sur le devant et deux pinces dans le dos.

Le choix d’un patron et d’un tissu

A l’inverse du modèle du mois, le basique du mois ne repose pas sur un patron fourni avec le livre. L’auteure spécifie simplement les caractéristiques que le vêtement doit présenter pour rencontrer les objectifs pédagogiques et à nous de rechercher le patron adéquat. Perso, j’adore cette approche car elle nous permet, tout en apprenant, de se confectionner des modèles qu’on apprécie!

Cela dit, pour celles ou ceux qui n’ont pas envie de repasser toute leur patronthèque en revue à la recherche du modèle parfait (je ne peux pas le concevoir mais sait-on jamais), Artesane met à la disposition des lecteurs de Christine Charles une liste de modèles compatibles dans diverses marques. Çà donne des idées et c’est bien agréable, même si certains liens vers les modèles en question ne fonctionnent pas…

Pour la petite jupe droite, je me suis avisée que les caractéristiques requises correspondaient au patron de base d’une jupe droite dans la méthode de patronage de « dp Studio. Or, c’est justement sur ce patron élémentaire que je suis en train de faire mes armes en patronage! Eh oui! Encore un bénéfice colatéral du confinement!

Mon envie de patronner est présente depuis longtemps, le temps pour m’y lancer l’était beaucoup moins. Un premier effort est recensé dans ce vieil article mais ce travail était resté sans suite. Puis, est arrivée la mi-mars 2020 et son lot de bouleversements dans nos vies. Avec lui cependant naît une idée chez Artesane qui aura impacté mon année et peut-être même mon être : les master classes à domicile en libre accès.

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ces soirées cocoon passées dans nos salons respectifs à disserter de nos loisirs préférés, à dessiner, coudre ou…patronner! C’est dans une soirée pilotée par Christine Charles (encore elle!) que j’ai à nouveau senti la flamme du patronage embraser tout mon être. Et à ce moment-là, du temps, j’en avais : les heures de trajet vers et depuis le bureau et/ou l’école m’étaient épargnés, ainsi que les séquences « devoirs et leçons » aux côtés de ma parfois renâclante Anabelle.

Après la masterclasse avec Christine Charles, je me suis offert le cours de patronage de Dominique Pellen sur le site d’Artesane et aujourd’hui, je suis très fière de vous présenter une jupe de base réalisée sur-mesure pour ma grande jeune fille. Vous l’aurez compris, je valorise doublement ce résultat! Il consacre mes premiers pas dans le programme CAP de Christine Charles et il témoigne de mes nouvelles et encore fragiles compétences en patronage.

Sur le patron, rien à dire : les explications de Dominique Pellen sont limpides et facilitent grandement l’entreprise. Lors du premier essai, j’ai seulement raté les courbes du tour de taille. C’est clairement la partie la plus délicate : d’une part la somme des arcs doit correspondre au millimètre près au tour de taille de la cliente (+ aisance) et d’autre part, les courbes, une fois les pinces fermées, doivent venir s’aligner parfaitement pour former un tour de taille lisse.

J’ai donc gommé et redessiné les courbes en suivant scrupuleusement la video d’Artesane et j’ai testé mon petit patron dans une mousseline de coton : la toile était parfaite : une ligne de taille hyper régulière et une cliente ravie. Pourtant, satisfaire une jeune fille de 16 ans sur le plan vestimentaire, ce n’est pas rien! D’ailleurs, sa satisfaction a vite cédé la place à son impatience de recevoir la version définitive qu’elle a commandé dans une gabardine bleu marine.

Petite contrainte sur les basique du mois : comme les fournitures destinées à réaliser les modèles du mois sont relativement coûteuses, les basiques se feront dans des tissus de stock exclusivement. Et du stock en gabardine bleue, j’ai! Cela dit, ma grande fille qui a des goûts classiques et un penchant pour les couleurs sombres a de suite adopté l’idée de ce tissu de bonne tenue.

L’état des apprentissages

Ca, c’est la magie qu’opère à chaque fois sur moi Christine Charles : au départ, je suis sûre de savoir faire le truc, puis je sors convaincue qu’il n’en n’est rien ET (c’est pour çà que c’est magique) je suis carrément contente! Cette jupe, par exemple, je n’en vois que les erreurs et approximations qui m’ont échappées et pourtant, objectivement, c’est le vêtement le plus propre et le plus rigoureux que j’aie jamais sorti de l’atelier.

Une jupe droite! « Nan mais là tu plaisantes Sophie, repasse le contenu de ton blog, tu vas revenir à la raison! Bien sûr tu couds une jupe droite en fermant les yeux! » Eh bien, non je vous assure, … Concrètement, qu’est-ce que j’ai appris, qu’est-ce qui m’a frappée, qu’est-ce que je retiens et qu’est-ce qui me résiste encore? Voici mon bilan!

Marquer précisément

C’est la première fois que je teste un parquage avec carbone et roulette. Ca semble assez précis et en tous cas très rapide.

Anabelle adore me regarder faire et je sens qu’elle s’y essaiera volontiers 🙂

Repasser une pince

J’y arrive paaaas… Les pinces semblent bien cousues, les finitions sont propres. Mais le repassage est navrant. Ma maman qui n’a pourtant pas lu les trucs et astuces de Christine Charles, me certifie que je dois utiliser un coussin tailleur, que le bord de la planche à repasser ne suffit pas à préserver l’arrondi nécessaire. Oups! Christine Charles l’avait bien écrit… Et un patron de coussin tailleur est disponible dans les supports en ligne. Je n’ai plus aucune excuse. J’essaierai dès que la jupe revient pour une première lessive car je ne pourrai pas aisément la reprendre à mon adolescente comblée.

Les pinces pseudo-repassées…
Poser un zip

OK, j’y arrivais déjà mais pas avec la même méthode! Et ici, le résultat est tellement beau que je trouve l’arrière de la jupe plus beau que l’avant!

Poser un gros grain de taille

« Oui, alors pour la taille de la jupe, on va faire simple hein les amis, on utilise un gros grain ». Eh bien, en ce qui me concerne, je n’avais jamais imaginé qu’on pouvait utiliser un gros grain comme finition pour une taille de jupe! Cela dit, ça ne pose pas de grosses difficultés et c’est une méthode que je suis contente de connaître désormais. Rapport effort/finition excellent! Après, j’avoue, je me suis vraiment laissée distraire et il faut faire attention : le gros grain, ça s’effiloche à vive allure! J’ai encaissé une petite imprécision à la taille liée au fait que mon centimètre de gros grain à rentrer ne faisait plus du tout un centimètre au moment idoine. J’avais mis mon doigt sur un fil qui dépassait légèrement, j’avais tiré en déplaçant l’ouvrage et… encore un peu je me retrouve sans gros grain!

Autre difficulté toujours en cours de résolution : la fixation par petits point du gros grain au niveau des pinces crée des tensions et des plis intempestifs. Je pense que je vais les supprimer carrément…

Réaliser un ourlet en double rempli surpiqué

Vous savez quoi? L’ourlet, c’était classiquement l’étape qui me saoulait. Tout est fait, on a déjà envie de porter le vêtement mais non! Il reste cette foutue couture droite sans intérêt, longue comme un jour sans pain et c’était toujours dans un mood assez déplorable que je me mettais à l’oeuvre. Et l’humeur, en couture, ça se paie souvent cash. Ici, j’ai suivi chaque étape décrite par Christine Charles et j’ai réalisé l’ourlet le plus jouissif de ma carrière de couturière amateure : le truc parfait qui ne varie pas d’un millimètre et qui n’a ni début ni fin! C’est surtout cet aspect qui m’impressionne : le point de départ et le point d’arrivée se rencontrent parfaitement au sein d’un même point et c’est tout. C’est propre, c’est beau, j’adore.

Surfiler une pièce

Je reviens sur un pré-requis du mois zéro qui continue à manquer. J’ai surfilé les pièces de ma jupe avec ma toute nouvelle compagne, une surfileuse raseuse parfaite. Mais je sens que j’ai encore besoin d’entraînement avec elle. Surfiler sans raser n’est pas accessible comme çà immédiatement, si?

Voici l’endroit de l’ourlet où se rencontrent parfaitement le point de départ et le point d’arrivée. Satisfaction garantie!!!

Ensuite, il suffit de rentrer proprement les fils et l’ourlet est magnifique.

Mon bilan à ce stade : je redécouvre mes pratiques couturières, j’apprends et je suis fière de ce que je produis. J’avoue qu’il est parfois chronophage de remettre en causes toutes ses habitudes pour se conformer aux consignes et suggestions du livre mais je m’y contrains car c’est la seule façon de progresser.

J’ai hâte de vous réécrire, peut-être au sujet du modèle de mois? Je sais déjà qu’il présente quelques exigences à ne pas sous-estimer…

A très vite!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s