CAP Mois 2 : le basique à coudre

Hello chers lecteurs! Que l’année 2021 déjà bien entamée vous soit douce. Je reprends enfin la plume sur ce blog que je sais déserté à mesure qu’Instragram assoit son monopole sur nos publications couturesques. Néanmoins, j’aime trop écrire pour céder complètement à cette fièvre de l’instantané, quand bien même je concède à Insta un certain nombre de qualités.

Vous l’avez donc compris, je ne suis pas disposée à refermer les pages de mon album des « Gaufres », ouvert un peu par hasard à la fin de l’an 2016. Pour inaugurer ce retour au bon vieux blog, je me propose de publier dans un premier temps des articles qui attendent depuis plusieurs mois leur publication. Vite, leur ôter le pyjama que confère le statut « brouillon » et les revêtir comme il sied.

L’article du jour est une étape du cursus « CAP Couture » qui prend pour guide le livre de Christine Charles paru aux éditions Eyrolles. Il s’agit du basique à coudre du mois 2 qui était pour moi octobre 2020, mois d’automne entre tous. Je vous laisse lire ce que j’avais à en dire à l’époque… Bonne lecture, je suis ravie de vous retrouver.

Le choix du patron et du tissu

Je repasse avec délectation dans mes magazines chéris et ça, ça me prend des plombes parce que l’affaire est volumineuse si vous voyez de quoi je parle. Et là je n’en reviens pas! Impossible de trouver un patron qui corresponde au prescrit de Christine Charles : une robe droite, sans manche, cintrée à la taille et présentant des pinces verticales de cintrage. Le basique de robe dite « trois trous ».

Revenant bredouille de ma pourtant bien fournie patronthèque, je me résouds à activer un des jokers présents sur le site d’Artesane pour aider les lecteurs du livre « Passez votre CAP couture avec Artesane.com ». Je dis que je m’y résouds, non que cela soit désagréable, au contraire, mais parce que ma politique de consommation pour la réalisation des basiques mensuels est d’utiliser les ressources-maison, que ce soit pour les patrons ou pour les tissus.

Bref, je consulte la liste fournie : trois modèles sont recommandés mais, sauf erreur de ma part, aucun ne respecte le cahier de charges :

  • La Nicole Dress de Simple Sew est mon favori mais ne répond pas aux spécifications car, d’après le dessin technique, elle ne présente de pinces verticales de cintrage ni sur le devant si dans le dos. Donc, je choisis d’y renoncer vu que la technique du moment, c’est la pince losange.
  • La robe Burda m’attire aussi : elle se coud en jersey et vu ma silhouette du moment, si on part sur du cintré à la taille, autant que ce soit dans une étoffe extensible :-D. Mais ici encore, Damned! Des pinces losange dans le dos mais pas devant.
  • La robe Phoebe de SeamWork ne m’inspire pas confiance non plus car dans ce modèle le haut et le bas ne sont pas solidaire : il y a une couture à la taille. Du coup, pas de pinces losange n’est-ce pas? J’imagine en effet que le montage entre la jupe et le buste se fait après réalisation des pinces de part et d’autre. OK, le secret du losange est de se composer de deux triangles, c’est entendu, mais je crains tout de même de passer à côté de l’objectif pédagogique de ce chapitre.

C’est donc toute marrie que j’ai opté pour la robe Burda, considérant que deux pinces losange (dans le dos) valent mieux que pas de pince losange du tout 😀 Oui mais oui mais… Le modèle demande un tissu foulé ou un jersey lourd… Re-damned! Je n’ai pas ça en réserve. Ici, c’est du chaîne et trame qu’on thésaurise, pas de la maille. Que voulez-vous? Quand le diable est dans la boîte, il y reste. Et qui suis-je pour éduquer le diable?

Petit tour innocent, juste pour voir, sur le site de Stragier. Dangerosissime quand on aime les belles matières et qu’on a peur de craquer! Je tape « tissu foulé », je reçois un catalogue de laine de la plus belle qualité, je navigue… et je flashe sur une laine Merinos brodée de cerf sur un fond vert qui sent bon la Scandinavie (enfin c’est ce qu’il m’évoque). Je respire à fond avant de jeter un oeil sur le prix et je lis… « sur demande ». Ouille! Voilà qui clôt le débat.

Vous savez quoi? La laine foulée, ce sera pour le modèle du mois de février! C’est prévu et je ne peux pas concéder deux fois un budget de ce niveau-là. D’autant que la robe trois trous, hein, c’est pas exactement le truc qui me fait rêver (contrairement au modèle de février dont je vous entretiendrai le moment venu :-P) Donc, je choisis finalement un velours milleraies dans un ton caramel lumineux. Alors oui ça aussi c’est du chaîne et trame, mais je crois que ça le fera et à ce stade, j’en ai ras la casquette et donc, je tranche!

Les apprentissages

  • La pince losange, à piquer en deux temps
  • Le biais intérieur comme finition des manches et de l’encolure (ici petit cadeau : j’utilise un biais de la collection UNE de Stragier)
  • Le zip classique de grande longueur sur une ligne légèrement courbée (creux du dos)

Honnêtement, rien de compliqué. Pour les mois qui suivent, vous le verrez, j’ai choisi de ne plus réaliser le basique du mois, jugeant maîtriser suffisamment les techniques impliquées. Ceci dit, je lis toujours soigneusement les consignes de l’auteure, même si je ne réalise pas l’ouvrage car parfois, elle suggère une méthode plus professionnelle et efficace que ce que mes petites habitudes de couturière amateure me soufflaient de faire.

La robe présente aussi une jolie surpiqure en son milieu devant.

Voilà pour ma petite « trois trous » aux couleurs de saison (cousu en octobre). Elle le fait non? Pour terminer, je vous emmène faire un petit tour dans le joli parc qui entoure ma maison urbaine. Suivez moi!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s