116, T-Shirt noué

Marinière revisitée

Me revoici avec les fameux patrons numérotés de Burda (voyez le déjà célèbre n°118 ici). Nous sommes dans le magazine 01/2021 cette fois et mon idée, née en plusieurs étapes, est de réaliser un modèle de T-Shirt classieux, le fameux n°116 en lui donnant une connotation plus relax et printanière.

Avant que ce modèle ne m’interpelle, j’avais préfiguré ma tenue de printemps idéale : un jean, une marinière toute simple et pour le fun, un gilet de costume trois pièces pour homme dans une flanelle gris mouette et une doublure jaune. A ce stade, laissons là le rêve de salomés jaunes parfaitement introuvables, à moins de faire appel au concept « dessine-moi un soulier » pour un prix de 300€. Soit.

En posant ces quelques vêtements sur mon mannequin (encore un peu laborieux le dessin, je sais, mais je m’entraîne :-D), j’envisageais aussi d’autres pièces qui pourraient aisément se « mixer » entre elles et constituer ensemble un vestiaire printemps-été home made, avec, pourquoi pas, parmi ces pièces, un patronage original sorti tout droit de l’atelier?

Je vous passe ces élucubrations pour cette fois, mais c’est juste pour vous expliquer la démarche. Pour entamer sans tarder la réalisation de cette tenue, j’ai repéré un magnifique jersey de coton chez Stragier et me suis mise à réfléchir à cette marinière, jugée trop classique finalement. Alors, je me suis souvenue de ce modèle Burda :

Je me suis dit que peut-être le noeud pouvait créer des jeux de verticales et d’horizontales intéressants si je le cousais dans mon coton marinière et que cette coupe plutôt soignée dans un tissu « marin » ferait un contraste heureux.

Eh bien, je vous laisse juger. Voici le résultat :

Au final, ça me conviendra, même si c’est un peu en-deça de mes attentes. Ce que j’aime sans réserve, c’est la qualité de ce jersey, tellement agréable à porter et qui présente une belle tenue. Ce que j’aime moins, c’est l’effet « taille 44 » 😀 Et sur ce point, il y a à balayer devant la porte de tout le monde : la mienne et celle de Burda!

La mienne : il va vraiment falloir que j’aie le courage de dessiner des silhouettes qui me ressemblent pour éviter toute déconvenue. Celle de Burda : Le noeud est patronné de manière identique pour toutes les tailles. Résultat : sur une taille 48, il ressemble à une Lavallière généreuse des années 80 et sur moi, à une espèce de noeud papillon trop large.

Bon mais l’évaluation générale est tout de même bonne, ne gâchons pas notre plaisir!

Côté CAP, j’ai fini par accoucher dans la honte de mon article sur la robe Yselda (ici) et je vous prépare la narration du chapitre suivant : Eléanora.

Je vous embrasse. Prenez soin de vous.

CAP Couture : Yselda la Maudite

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. » Nelson Mandela

Eh bien s’il m’était donné d’avoir une troisième fille, permettez moi de vous le dire, elle ne s’appellerait pas Yselda! 😀

C’est en ce début de mars que je trouve le courage de guider ma main vers le clavier pour vous dire combien fut long et difficile le chemin vers une Yselda forcément décevante. Ceci ne signifie pas du tout que l’expérience Yselda ait été vide d’enseignement, bien au contraire. Mais elle m’a tout de même coûté quatre dimanches de travaux inutiles pour un résultat très improbable.

Je vous explique. Le livre* que je suis pas à pas dans cette épopée du CAP Couture propose les patrons à réaliser en taille 38. Pour d’autres tailles, le site Artesane.com, qui est partenaire de l’ouvrage, distribue les patrons PDF. Pour la jupe Ambrosia ( voir mon article ici : CAP Couture : Ambrosia), j’avais tout naturellement imprimé les pièces en A4 et après un petit assemblage minutieux mais aisé, je m’étais constitué un petit patron prêt à utiliser. J’ai voulu rééditer ce que je ne pensais alors pas être un exploit sur Yselda et çà, c’est l’histoire de mon premier dimanche.

Dimanche I : Yselda se rebiffe

Yselda existe en trois variantes pour lesquelles chaque pièce est reproduite. Et ce, même si des pièces sont communes aux diverses variantes. Aucun calque sur le PDF ne permet de sélectionner les pièces dont on a besoin et éviter l’impression des autres. Dans ces conditions, c’est 78 pages qui sont sorties de mon imprimante. Considérant qu’il me suffisait de découper une partie seulement de ces feuilles, j’ai persévéré. Mais en fin d’après-midi, j’ai du admettre que non seulement je n’avais pas terminé mais aussi que ce qui était fait manquait cruellement de précision. Il ne faut pas oublier que dans ce programme tout est cousu et vérifié au millimètre. Alors à quoi rime de controler ses coutures à ce niveau de précision, quand on n’est pas garant de son assemblage papier? Rien. Cela ne rime à rien. Et c’est devant ce RIEN qui résonnait dans ma tête que j’ai accepté la perte d’une après-midi que j’espérais créative.

Je me suis avisée que d’autres lectrices avaient eu des problèmes semblables et avaient réclamé une version A0 des patrons. Cette version est également disponible sur le site d’Artesane et, surprise, en me renseignant sur qui diable pourrait bien m’imprimer du A0, j’ai appris que le petit imprimeur en bas de ma rue faisait çà à des conditions tout à fait acceptables. Problème? Solution! « A dimanche prochain chère Yselda » ai-je murmuré en chiffonant les morceaux irrécupérables de papier et en déposant les autres dans le bac à feuilles de brouillon.

Dimanche II : Yselda manque de couleurs

La veille au soir, pas peu fière d’avoir déniché le bon imprimeur, je regarde mes feuilles sortir en format A0 de la machine sous l’oeil médusé de son propriétaire, de toute évidence plus habitué à des plans d’architecte.

Avant cela, l’intérêt de mon portefeuille avait dicté mon choix d’une impression noir et blanc. Après tout me suis-je dit, je peux encore suivre une ligne noire sur fond blanc sans loucher non?

En fait, oui, mais parfois non. Sur certaines pièces, à certains endroits, le choix de suivre une ligne ou une autre est cornélien. Mais je ne veux rien céder à la qualité ni à la précision alors je vérifie, je vérifie, je vérifie et en fin d’après midi, j’ai le patron découpé bien correctement et j’entame la découpe sur ma belle ramie de chez Stragier, faisant déjà le deuil pour ce dimanche là de mon étape favorite : la couture.

Dimanche III : Yselda me fait courir

D’humeur moyenne face à cette cousette récalcitrante, pour le troisième dimanche d’affilée, j’ignore les commentaires des enfants qui s’étonnent que je sois « encore sur ce machin là », et ceux, toujours très délicats, de mon mari qui s’intéresse « je me demande bien ce qui va sortir vu comme ça a l’air compliqué ton bricolage cette fois-ci ».

Allez au diable mes chéris, je suis candidate au CAP et vous n’aurez pas raison de mon moral pour si peu. Je squate donc d’autorité la table de la salle à manger et je me lance. Et là, ce sont tous les conseils de Christine Charles (quoi? Elle va s’y mettre elle aussi? 😦 ) qui me reviennent tel un boomerang implacable.

Dans le chapitre préliminaire de son livre, l’auteure insiste sur l’espace vital de la couturière, l’espace dédié, celui qui permet d’avoir tout à portée de main, à commencer sans doute par un peu de calme. Et moi, avec une maison transformée en quadruple bureau pour les besoins du confinement, me voici à sortir mes machines à coudre et ma mercerie de leur placard, à transporter tout ça en de multiples voyages à travers les étages, l’une dans les bras, les autres dans des sacs réputés thématiques,…

Vous savez quoi? Christine avait raison. J’ai du perdre au moins une heure sur l’après-midi à aller rechercher le matériel manquant, ou à le retrouver tout simplement, et c’est fatiguée que j’ai entrepris la couture de mon Yselda. Mais, au moins, cet assemblage s’est laissé faire, sans présenter de grosse difficulté. Le zip invisible de longueur interminable fut docile et c’est même mon plus beau succès en la matière.

De même, les longues coutures en courbes, sur une matière aussi facile n’ont opposé aucune résistance. En fin de journée, je ne parvenais pas à assembler les parmentures d’emmanchures mais lasse, j’ai ajourné l’ouvrage au dimanche suivant. Après tout, j’en étais convaincue, le pire était passé.

Dimanche IV : Yselda m’assassine

Là, je la ferai courte. Il est des impossibilités inconcevables qu’il faut pourtant un jour observer avec courage et humilité. Alors, oui, après avoir revérifié que je n’avais pas commis d’erreur de découpage de patron, j’ai bien du constater que mes parmentures ne pourraient jamais convenir à ma robe et qu’elle-même ne serait jamais une robe. Et jamais personne ne la porterait.

Car j’ai réalisé tout bonnement que j’avais été jusqu’à ce stade de la réalisation d’Yselda alors qu’au dimanche II, j’avais, sans y penser, ajouté les marges de couture au patron alors que ce dernier les contenait déjà!!

Si si. Et je le savais, bien sûr. Et c’était clair dans les instructions de Christine. Si, si. Voilà, voilà. Exit Yselda. Je ne sais toujours pas si la déception était plus grande que le soulagement. Projet pénible « tot en met » comme on dit chez moi. Mais grande leçon. Car je le jure, plus jamais…

Après, çà, j’ai forcé les parmentures par grande violence puis j’ai tout de même réalisé la goutte, comme si Yselda, avant de mourir, devenait une simple pièce d’étude.

A très vite pour la suite de mes aventures CAP, avec, je peux déjà vous le dire, de quoi me consoler vraiment grâce à Eléanora, une robe merveilleusement rustique!

*Christine Charles, Passez votre CAP Couture avec Artesane.com, éditions Eyrolles.

118, T-shirt Burda amphibie

Coudre pour quelqu’un, une totale remise en question

Ce charmant patron de T-Shirt méritait bien mieux qu’un numéro. Mais c’est ainsi que Burda pratique. Il faut dire qu’ils auraient beau faire à trouver des noms de baptême pour tous les éléments de leur volumineuse production.

Ainsi 118 est un T-Shirt à manches longues, une encolure bâteau, et un dos! Mais alors un dos… Comment ne pas craquer? Comme l’écrivait le blog « sb Couture » dans un vieil article, le numéro 11/2019 de Burda Style est une perle. N’en auriez-vous qu’un seul que ce serait celui-là. Et ce T-Shirt y trouve naturellement sa place.

Le dos est découpé en une partie haute et une partie basse qui ne se recouvrent pas entièrement, de telle façon qu’apparaît un espace libre, à la manière d’une goutte. Cerise sur le gâteau, une bague de tissu permet la pose d’un long ruban pour, cette fois, un effet « noeud », ou « longue traîne » pour celles qui préfère les contes de fée! Quelle est votre version préférée?

Sur l’une de ces images, l’heureuse propriétaire de cette humble production. Car ce T-Shirt était pour moi l’occasion d’offrir un cadeau d’anniversaire home-made ». C’était aussi du coup un essai de coudre pour quelqu’un qui ne soit ni mes enfants, ni mon mari ni moi-même. Bonjour la pression!

Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai pratiqué le choix de tissu après analyse de trois échantillons de la maison Stragier :

  • Un jersey de coton : très beau mais très mat et pas vraiment doux. Prix abordable.
  • Un jersey de soie : très beau, satiné et très doux. Pour le t-shirt 118, compter 200 euro!
  • Un jersey de bambou : la douceur de la soie et le prix du coton : adjugé!

Ce cadeau d’anniversaire, je le voulais parfait. Nous n’y sommes pas. Je suis satisfaite du résultat mais un regret tout de même : j’ai suivi les instructions à la lettre, ce qui signifie que j’ai du surfiler les bords de côté après assemblage du corps. A refaire : plus jamais.

J’ai bien conscience que le dos, composé de deux parties distinctes, n’existe véritablement qu’après assemblage, ce qui justifie l’instruction de surfiler après cette étape. Mais j’aurais pu le faire après avoir bâti et avant d’assembler. Mon souci est que le pied de biche de ma surjeteuse est plus large que la marge de couture et la différence d’épaisseur, significative à certains endroits, m’a empêché de réaliser une finition soignée. A bosser, çà, Sophie, si tu veux offrir d’autres cousettes!

Enfin, ce t-shirt consacre ma première expérience de l’aiguille double. Quelle merveille! Je vous embrasse et vous promets pour bientôt des news sur la suite du programme « CAP ».

Sophie

CAP Mois 2 : le basique à coudre

Hello chers lecteurs! Que l’année 2021 déjà bien entamée vous soit douce. Je reprends enfin la plume sur ce blog que je sais déserté à mesure qu’Instragram assoit son monopole sur nos publications couturesques. Néanmoins, j’aime trop écrire pour céder complètement à cette fièvre de l’instantané, quand bien même je concède à Insta un certain nombre de qualités.

Vous l’avez donc compris, je ne suis pas disposée à refermer les pages de mon album des « Gaufres », ouvert un peu par hasard à la fin de l’an 2016. Pour inaugurer ce retour au bon vieux blog, je me propose de publier dans un premier temps des articles qui attendent depuis plusieurs mois leur publication. Vite, leur ôter le pyjama que confère le statut « brouillon » et les revêtir comme il sied.

L’article du jour est une étape du cursus « CAP Couture » qui prend pour guide le livre de Christine Charles paru aux éditions Eyrolles. Il s’agit du basique à coudre du mois 2 qui était pour moi octobre 2020, mois d’automne entre tous. Je vous laisse lire ce que j’avais à en dire à l’époque… Bonne lecture, je suis ravie de vous retrouver.

Le choix du patron et du tissu

Je repasse avec délectation dans mes magazines chéris et ça, ça me prend des plombes parce que l’affaire est volumineuse si vous voyez de quoi je parle. Et là je n’en reviens pas! Impossible de trouver un patron qui corresponde au prescrit de Christine Charles : une robe droite, sans manche, cintrée à la taille et présentant des pinces verticales de cintrage. Le basique de robe dite « trois trous ».

Revenant bredouille de ma pourtant bien fournie patronthèque, je me résouds à activer un des jokers présents sur le site d’Artesane pour aider les lecteurs du livre « Passez votre CAP couture avec Artesane.com ». Je dis que je m’y résouds, non que cela soit désagréable, au contraire, mais parce que ma politique de consommation pour la réalisation des basiques mensuels est d’utiliser les ressources-maison, que ce soit pour les patrons ou pour les tissus.

Bref, je consulte la liste fournie : trois modèles sont recommandés mais, sauf erreur de ma part, aucun ne respecte le cahier de charges :

  • La Nicole Dress de Simple Sew est mon favori mais ne répond pas aux spécifications car, d’après le dessin technique, elle ne présente de pinces verticales de cintrage ni sur le devant si dans le dos. Donc, je choisis d’y renoncer vu que la technique du moment, c’est la pince losange.
  • La robe Burda m’attire aussi : elle se coud en jersey et vu ma silhouette du moment, si on part sur du cintré à la taille, autant que ce soit dans une étoffe extensible :-D. Mais ici encore, Damned! Des pinces losange dans le dos mais pas devant.
  • La robe Phoebe de SeamWork ne m’inspire pas confiance non plus car dans ce modèle le haut et le bas ne sont pas solidaire : il y a une couture à la taille. Du coup, pas de pinces losange n’est-ce pas? J’imagine en effet que le montage entre la jupe et le buste se fait après réalisation des pinces de part et d’autre. OK, le secret du losange est de se composer de deux triangles, c’est entendu, mais je crains tout de même de passer à côté de l’objectif pédagogique de ce chapitre.

C’est donc toute marrie que j’ai opté pour la robe Burda, considérant que deux pinces losange (dans le dos) valent mieux que pas de pince losange du tout 😀 Oui mais oui mais… Le modèle demande un tissu foulé ou un jersey lourd… Re-damned! Je n’ai pas ça en réserve. Ici, c’est du chaîne et trame qu’on thésaurise, pas de la maille. Que voulez-vous? Quand le diable est dans la boîte, il y reste. Et qui suis-je pour éduquer le diable?

Petit tour innocent, juste pour voir, sur le site de Stragier. Dangerosissime quand on aime les belles matières et qu’on a peur de craquer! Je tape « tissu foulé », je reçois un catalogue de laine de la plus belle qualité, je navigue… et je flashe sur une laine Merinos brodée de cerf sur un fond vert qui sent bon la Scandinavie (enfin c’est ce qu’il m’évoque). Je respire à fond avant de jeter un oeil sur le prix et je lis… « sur demande ». Ouille! Voilà qui clôt le débat.

Vous savez quoi? La laine foulée, ce sera pour le modèle du mois de février! C’est prévu et je ne peux pas concéder deux fois un budget de ce niveau-là. D’autant que la robe trois trous, hein, c’est pas exactement le truc qui me fait rêver (contrairement au modèle de février dont je vous entretiendrai le moment venu :-P) Donc, je choisis finalement un velours milleraies dans un ton caramel lumineux. Alors oui ça aussi c’est du chaîne et trame, mais je crois que ça le fera et à ce stade, j’en ai ras la casquette et donc, je tranche!

Les apprentissages

  • La pince losange, à piquer en deux temps
  • Le biais intérieur comme finition des manches et de l’encolure (ici petit cadeau : j’utilise un biais de la collection UNE de Stragier)
  • Le zip classique de grande longueur sur une ligne légèrement courbée (creux du dos)

Honnêtement, rien de compliqué. Pour les mois qui suivent, vous le verrez, j’ai choisi de ne plus réaliser le basique du mois, jugeant maîtriser suffisamment les techniques impliquées. Ceci dit, je lis toujours soigneusement les consignes de l’auteure, même si je ne réalise pas l’ouvrage car parfois, elle suggère une méthode plus professionnelle et efficace que ce que mes petites habitudes de couturière amateure me soufflaient de faire.

La robe présente aussi une jolie surpiqure en son milieu devant.

Voilà pour ma petite « trois trous » aux couleurs de saison (cousu en octobre). Elle le fait non? Pour terminer, je vous emmène faire un petit tour dans le joli parc qui entoure ma maison urbaine. Suivez moi!

CAP Couture : Ambrosia

Le modèle du mois 1

Avant d’entrer dans le vif du sujet, laissez moi vous raconter mes retrouvailles récentes avec une cousine perdue de vue depuis de nombreuses années, ma cousine Jacqueline. Bien qu’elle soit largement mon aînée et que nos vies respectives ne nous permettent guère beaucoup de rencontres, j’ai toujours pris plaisir à nos trop rares conversations et le dernier épisode en date ne fait que le confirmer.

Si je vous parle de Jacqueline aujourd’hui, c’est que ce blog, qu’elle suit à partir de Facebook, lui a donné l’idée de m’informer qu’elle est …professeure de couture! Comme elle n’a jamais exercé, je l’ignorais. Dans la foulée, elle m’a montré des photos de la robe de mariée qu’elle s’était confectionnée à l’époque. Une merveille de satin, entièrement recouverte de guipure, qui affiche une telle tenue qu’aucun doute n’est permis : la chose a du être gérée au millimètre du début à la fin!

Et ceci me permet de dédier fort logiquement à Jacqueline l’article du jour, qui présente pas à pas mes efforts sur le chemin de la rigueur et de la précision. Fort heureusement pour moi, à ce stade, point encore de satin ni de guipure ;-).

Nouvelle étape donc du parcours CAP orchestré par Christine Charles : la jupe Ambrosia et son lot d’apprentissages. Ambrosia, dans sa variante de base que j’ai choisi de réaliser est une jupe avec empiècement et pli creux central.

J’ai honte de vous la présenter aussi chiffonnée mais voilà, mes petits photographes ne sont pas toujours volontaires au moment voulu et le soir, l’obscurité nous baigne déjà si tôt… Cela dit, vous la voyez ici portée après une intense journée de travail (avec marche, train, chaise de bureau,…). En ce sens, il me semble que cela plaide en sa faveur : bonne tenue et empiècement resté impeccable, sans pli disgracieux.

Ca, c’est peut-être grâce aux compétences fraîchement acquises de votre dévouée mais plus sûrement grâce à une qualité remarquable de coton sergé et d’entoilage de la maison Stragier. La découverte de cette qualité de textile que je n’avais encore jamais cousue (je ne suis pas fan de l’armure sergée) est une des nombreuses surprises de ce projet Ambrosia.

La gamme de montage

Lors de la réalisation, j’ai pu me familiariser concrètement avec la gamme de montage industrielle et j’ai beaucoup apprécié : excellent équilibre entre les explications de Christine (au mois 1, elle est encore comme une petite maman) et les consignes normalisées faites de pictogrammes, de numéros de point et de quelques mots. Il faut dire que, mes lecteurs le savent, j’éprouve souvent des difficultés à déchiffrer les instructions que nous prodiguent les magazines en langage naturel… Donc, oui, la gamme de montage structurée et peu verbeuse, J’ACHETE et j’en redemande (ce qui tombe bien, vous en conviendrez, vu les objectifs fixés.)

Les contrôles au fil de l’eau

A chaque étape de montage, la gamme fournit des indications très claires quant aux contrôles de qualité à effectuer :

Réglage de la surfileuse

Avant de commencer, tester le surfilage. Ci-dessus, on voit un espace entre la boucle du fil et le bord du tissu, signe qu’une correction de la longueur de point est nécessaire.

Réglage de la longeur de point

Avant de commencer toujours, sur deux épaisseurs d’une chute du tissu, le contrôle de la longueur de point permet de confirmer que chaque centimètre comprend 4 points, ce qui correspond aux instructions. Pur info, il suffit de programmer la longueur de point à 2,5 car 2,5 X 4 correspond bien à 1. 🙂

Réglage de la presse

Autre contrôle préalable : le réglage de « la presse » ou, ici, mon vieux fer à repasser. Suivant la qualité de l’entoilage, celui-ci peut préchauffer en position « 2 ».

Vérification du prépiquage

On approche du coeur du sujet dès l’étape 3 qui consiste à pré-piquer le fameux pli creux. Les deux plis sont jointifs à l’endroit du prépiquage et ce dernier est effectué à 7mm du bord : tout va donc pour le mieux!

Vérifier l’assemblage de l’empiècement

Il s’agit de vérifier la conformité au patron et l’alignement parfait des diverses parties de l’empiècement.

Partout la valeur de couture est respectée à 1 mm près. Ici, mesure d’une valeur à 1 cm :

Vérifier le positionnement du zip invisible

Sur le zip invisible, conclusion mitigée. Pour ce qui est d’aligner le côté gauche et le côté droit, tout va bien. Par contre, je ne parviens pas à maîtriser mon pied de biche spécial et finalement, en cours de travail, j’ai opté pour le pied de biche pour fermeture éclair classique. Du coup, n’a pas une fermeture parfaitement invisible et la propreté en fin de zip n’est pas non plus irréprochable. Pour moi, cette compétence reste clairement du côté « non acquis ».

Vérifier le point de glaçage du zip

Point de glaçage régulier, invisible et propre.

Je manque d’illustrations pour commenter les autres points de contrôles imposés par la gamme de montage mais vous voyez un peu le trip!

Le résultat

Que dire ? Sinon que comme souvent, la satisfaction est à la hauteur des efforts consentis.

Prenez soin de vous et des autres,

Sophie

CAP Mois 1 : Le basique à coudre

Grande odyssée d’une petite jupe droite

Dans le programme d’apprentissage du livre « Passez votre CAP avec Artesane.Com », chaque mois se décline à travers un certains nombre de rubriques récurrentes qui visent tantôt des connaissances théoriques, tantôt des exercices pratiques. Ces derniers connaissent chaque mois deux moments forts : la couture d’un basique de la couture et la réalisation d’une pièce plus complexe, le modèle du mois, dont le patron est fourni avec le livre.

Le présent article est consacré au basique à coudre pour ce premier mois de la course au CAP : une jupe droite, dotée de deux pinces sur le devant et deux pinces dans le dos.

Le choix d’un patron et d’un tissu

A l’inverse du modèle du mois, le basique du mois ne repose pas sur un patron fourni avec le livre. L’auteure spécifie simplement les caractéristiques que le vêtement doit présenter pour rencontrer les objectifs pédagogiques et à nous de rechercher le patron adéquat. Perso, j’adore cette approche car elle nous permet, tout en apprenant, de se confectionner des modèles qu’on apprécie!

Cela dit, pour celles ou ceux qui n’ont pas envie de repasser toute leur patronthèque en revue à la recherche du modèle parfait (je ne peux pas le concevoir mais sait-on jamais), Artesane met à la disposition des lecteurs de Christine Charles une liste de modèles compatibles dans diverses marques. Çà donne des idées et c’est bien agréable, même si certains liens vers les modèles en question ne fonctionnent pas…

Pour la petite jupe droite, je me suis avisée que les caractéristiques requises correspondaient au patron de base d’une jupe droite dans la méthode de patronage de « dp Studio. Or, c’est justement sur ce patron élémentaire que je suis en train de faire mes armes en patronage! Eh oui! Encore un bénéfice colatéral du confinement!

Mon envie de patronner est présente depuis longtemps, le temps pour m’y lancer l’était beaucoup moins. Un premier effort est recensé dans ce vieil article mais ce travail était resté sans suite. Puis, est arrivée la mi-mars 2020 et son lot de bouleversements dans nos vies. Avec lui cependant naît une idée chez Artesane qui aura impacté mon année et peut-être même mon être : les master classes à domicile en libre accès.

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ces soirées cocoon passées dans nos salons respectifs à disserter de nos loisirs préférés, à dessiner, coudre ou…patronner! C’est dans une soirée pilotée par Christine Charles (encore elle!) que j’ai à nouveau senti la flamme du patronage embraser tout mon être. Et à ce moment-là, du temps, j’en avais : les heures de trajet vers et depuis le bureau et/ou l’école m’étaient épargnés, ainsi que les séquences « devoirs et leçons » aux côtés de ma parfois renâclante Anabelle.

Après la masterclasse avec Christine Charles, je me suis offert le cours de patronage de Dominique Pellen sur le site d’Artesane et aujourd’hui, je suis très fière de vous présenter une jupe de base réalisée sur-mesure pour ma grande jeune fille. Vous l’aurez compris, je valorise doublement ce résultat! Il consacre mes premiers pas dans le programme CAP de Christine Charles et il témoigne de mes nouvelles et encore fragiles compétences en patronage.

Sur le patron, rien à dire : les explications de Dominique Pellen sont limpides et facilitent grandement l’entreprise. Lors du premier essai, j’ai seulement raté les courbes du tour de taille. C’est clairement la partie la plus délicate : d’une part la somme des arcs doit correspondre au millimètre près au tour de taille de la cliente (+ aisance) et d’autre part, les courbes, une fois les pinces fermées, doivent venir s’aligner parfaitement pour former un tour de taille lisse.

J’ai donc gommé et redessiné les courbes en suivant scrupuleusement la video d’Artesane et j’ai testé mon petit patron dans une mousseline de coton : la toile était parfaite : une ligne de taille hyper régulière et une cliente ravie. Pourtant, satisfaire une jeune fille de 16 ans sur le plan vestimentaire, ce n’est pas rien! D’ailleurs, sa satisfaction a vite cédé la place à son impatience de recevoir la version définitive qu’elle a commandé dans une gabardine bleu marine.

Petite contrainte sur les basique du mois : comme les fournitures destinées à réaliser les modèles du mois sont relativement coûteuses, les basiques se feront dans des tissus de stock exclusivement. Et du stock en gabardine bleue, j’ai! Cela dit, ma grande fille qui a des goûts classiques et un penchant pour les couleurs sombres a de suite adopté l’idée de ce tissu de bonne tenue.

L’état des apprentissages

Ca, c’est la magie qu’opère à chaque fois sur moi Christine Charles : au départ, je suis sûre de savoir faire le truc, puis je sors convaincue qu’il n’en n’est rien ET (c’est pour çà que c’est magique) je suis carrément contente! Cette jupe, par exemple, je n’en vois que les erreurs et approximations qui m’ont échappées et pourtant, objectivement, c’est le vêtement le plus propre et le plus rigoureux que j’aie jamais sorti de l’atelier.

Une jupe droite! « Nan mais là tu plaisantes Sophie, repasse le contenu de ton blog, tu vas revenir à la raison! Bien sûr tu couds une jupe droite en fermant les yeux! » Eh bien, non je vous assure, … Concrètement, qu’est-ce que j’ai appris, qu’est-ce qui m’a frappée, qu’est-ce que je retiens et qu’est-ce qui me résiste encore? Voici mon bilan!

Marquer précisément

C’est la première fois que je teste un parquage avec carbone et roulette. Ca semble assez précis et en tous cas très rapide.

Anabelle adore me regarder faire et je sens qu’elle s’y essaiera volontiers 🙂

Repasser une pince

J’y arrive paaaas… Les pinces semblent bien cousues, les finitions sont propres. Mais le repassage est navrant. Ma maman qui n’a pourtant pas lu les trucs et astuces de Christine Charles, me certifie que je dois utiliser un coussin tailleur, que le bord de la planche à repasser ne suffit pas à préserver l’arrondi nécessaire. Oups! Christine Charles l’avait bien écrit… Et un patron de coussin tailleur est disponible dans les supports en ligne. Je n’ai plus aucune excuse. J’essaierai dès que la jupe revient pour une première lessive car je ne pourrai pas aisément la reprendre à mon adolescente comblée.

Les pinces pseudo-repassées…
Poser un zip

OK, j’y arrivais déjà mais pas avec la même méthode! Et ici, le résultat est tellement beau que je trouve l’arrière de la jupe plus beau que l’avant!

Poser un gros grain de taille

« Oui, alors pour la taille de la jupe, on va faire simple hein les amis, on utilise un gros grain ». Eh bien, en ce qui me concerne, je n’avais jamais imaginé qu’on pouvait utiliser un gros grain comme finition pour une taille de jupe! Cela dit, ça ne pose pas de grosses difficultés et c’est une méthode que je suis contente de connaître désormais. Rapport effort/finition excellent! Après, j’avoue, je me suis vraiment laissée distraire et il faut faire attention : le gros grain, ça s’effiloche à vive allure! J’ai encaissé une petite imprécision à la taille liée au fait que mon centimètre de gros grain à rentrer ne faisait plus du tout un centimètre au moment idoine. J’avais mis mon doigt sur un fil qui dépassait légèrement, j’avais tiré en déplaçant l’ouvrage et… encore un peu je me retrouve sans gros grain!

Autre difficulté toujours en cours de résolution : la fixation par petits point du gros grain au niveau des pinces crée des tensions et des plis intempestifs. Je pense que je vais les supprimer carrément…

Réaliser un ourlet en double rempli surpiqué

Vous savez quoi? L’ourlet, c’était classiquement l’étape qui me saoulait. Tout est fait, on a déjà envie de porter le vêtement mais non! Il reste cette foutue couture droite sans intérêt, longue comme un jour sans pain et c’était toujours dans un mood assez déplorable que je me mettais à l’oeuvre. Et l’humeur, en couture, ça se paie souvent cash. Ici, j’ai suivi chaque étape décrite par Christine Charles et j’ai réalisé l’ourlet le plus jouissif de ma carrière de couturière amateure : le truc parfait qui ne varie pas d’un millimètre et qui n’a ni début ni fin! C’est surtout cet aspect qui m’impressionne : le point de départ et le point d’arrivée se rencontrent parfaitement au sein d’un même point et c’est tout. C’est propre, c’est beau, j’adore.

Surfiler une pièce

Je reviens sur un pré-requis du mois zéro qui continue à manquer. J’ai surfilé les pièces de ma jupe avec ma toute nouvelle compagne, une surfileuse raseuse parfaite. Mais je sens que j’ai encore besoin d’entraînement avec elle. Surfiler sans raser n’est pas accessible comme çà immédiatement, si?

Voici l’endroit de l’ourlet où se rencontrent parfaitement le point de départ et le point d’arrivée. Satisfaction garantie!!!

Ensuite, il suffit de rentrer proprement les fils et l’ourlet est magnifique.

Mon bilan à ce stade : je redécouvre mes pratiques couturières, j’apprends et je suis fière de ce que je produis. J’avoue qu’il est parfois chronophage de remettre en causes toutes ses habitudes pour se conformer aux consignes et suggestions du livre mais je m’y contrains car c’est la seule façon de progresser.

J’ai hâte de vous réécrire, peut-être au sujet du modèle de mois? Je sais déjà qu’il présente quelques exigences à ne pas sous-estimer…

A très vite!

CAP Mois Zéro : zéro répit!

Des gammes et des arpèges…

Août 2020 (ou ce qu’il en reste) : mois de préparation avant le lancement des opérations sérieuses dans la course au CAP orchestrée par Christine Charles dans son livre intitulé « Passez votre CAP Couture avec Artesane.com ». N’allez pas songer à quelque causerie en dilettante sur le métier de couturière car la liste des pré-requis dressée par l’auteure mérite un peu de temps et de soins, même pour les couturières amateures qui pensent en avoir vu d’autres.

Pour ma part, ces fameux pré-requis, matériels, théoriques ou pratiques, se répartissent en trois catégories :

  • Ceux dont je me dispense parce que, vraiment, je gère – ou du moins en suis-je persuadée 🙂
  • Ceux qui  méritent vérification
  • Ceux qui vont me faire sukkeler* sévère

* Pour les lecteurs non Bruxellois (qui sont une large majorité), sukkeler, c’est ramer, souffrir, suer à goutte, mâchouiller le crayon jusqu’à ce qu’il se transforme en sciure de bois,… Enfin, un peu tout çà en un seul mot.

Voyons ça de plus près voulez-vous?

Catégorie 1 : Sophie gère trop bien 😀

Hauts les coeurs, commençons par se booster le moral en listant les acquis bien acquis (le chat de l’atelier affalé à mes côtés à du mal à ronronner plus fort que moi 😉 :

  • Les bases de la couture à la main : eh oui, je viens d’une génération et d’une région où la couture manuelle s’enseignait à l’école. Comme j’adorais çà par dessus le marché, que ma maman a une formation en couture, qu’avant de m’offrir une machine, j’ai tout de même cousu quelques vêtements complètement à la main, que j’ai aussi beaucoup brodé, et que le bout de mes doigts en est délicieusement buriné (je déteste les dés à coudre), j’estime que ce pré-requis est acquis 😀
  • Les bases du dessin de mode : oufti! (comme on dit à Liège) Christine trouve que c’est un pré-requis! Perso, ça ira mais si elle m’avait demandé ce genre de « bases » il y a seulement 6 mois, j’aurais bien déchanté. Seulement voilà, pendant le confinement, Artesane a organisé des Master Classes, c’est-à-dire des séances avec les professeurs et partenaires d’Artesane, qui, en direct depuis leur salon vous offraient comme çà, tranquilles, des cours de dessin, de dessin de mode, de patronage, de couture de lingerie, de calligraphie,… J’en passe. Mais à cette occasion, j’ai bien mordu aux séance de dessin et de dessin de mode de Marie-Gabrielle Berland. Tant et tant que je les ai complétés d’autres cours du catalogue Artesane (avec cette fois aussi Rebecca Meurin) sur le même thème et finalement, là, au niveau « pré-requis de base », je me sens comme un fil dans le chas d’une aiguille. Mais… au niveau « pré-requis » seulement! J’ai hâte d’apprendre.

  • Les bases du patronage : pour les mêmes raisons que celles évoquées pour les bases du dessin de mode, je peux affirmer disposer des connaissances préalables en la matière. Je vais d’ailleurs tenter d’utiliser parfois, pour la réalisation des pièces mensuelles basiques du programme, des patrons sur mesure réalisés par mes soins. En septembre notamment lors de la réalisation d’une jupe droite. Les essayages de la toile sont en cours et la cliente (une ado qui me sert de fille) est satisfaite, ce qui est en soi un succès. Affaire à suivre!

  • Les bases de la technologie textile : en tant que pré-requis, c’est ok aussi, même si j’attends avec impatience de creuser le sujet courant d’année. Ces connaissances, je les dois à un intérêt naturel pour la chose et un livre qui m’est tombé entre les mains et qui ne quitte pas ma table de nuit : Stylisme : Les textiles de Gaïl Baugh.

Catégorie 2 : une vérification s’impose

  • La disponibilité du bon matériel : je suis peut-être bien la reine du système D en la matière, alors je dois me faire violence et veiller une fois pour toute à disposer d’un matériel robuste et suffisant pour les objectifs que je m’assigne. Un coup d’oeil à la liste de Christine et j’identifie quelques carences légères à lourdes, que je ne pourrai pas régler d’un coup. Je liste ci-dessous uniquement les éléments qui me manquent ou ne sont pas top top… :
    • La machine familiale : je me contenterai de l’existante même si elle ne répond pas tout à fait au critère « épaisseur des tissus tolérée ».

IMG_1142

    • Une zone de coupe permanente :  ce sera la table de la salle à manger, comme d’hab’ et rien d’autre.
    • La surjeteuse : elle vient d’arriver par la poste pour mon anniversaire! Gâtée la Sophie par son marinou : la surjeteuse b44 Funlock de Bernina (Bernette), s’il vous plaît! Avec tous les réglages manuels, comme suggéré par Christine Charles. Je l’ai testée aujourd’hui même et que dire… C’est juste addictif et JE L’AIME!

    • Le poste de repassage avec centrale vapeur. C’était l’un ou l’autre, la surjeteuse ou la centrale, et mon coeur s’est déchiré là-dessus mais tant pis. Je conserverai mon « biesse* » fer, cadeau de mariage qui me rend service depuis… 24 ans genre. Robuste la bête! Mais je ne vais tout de même pas le laisser tomber dans l’escalier malencontreusement si? * biesse fer =  fer classique.
    • Les ciseaux : ça va si le même marinou si sympa avec sa surjeteuse ne devient pas un diable qui emporte mes ciseaux à tissu pour couper n’importe quoi. Grrrr. Sur le même sujet (parce que des diables il y en a dans tous les foyers), j’ai entendu Anne-Sarah d’Artesane suggérer un cadenas! Chiche!
    • Les épingles : je manque d’épingles fines, je m’en suis procuré. Ca fait des années que je vois mes tissus s’abîmer sous la prise d’épingles de supérettes et il me faut attendre de lire noir sur blanc que c’est inacceptable pour réagir. Parfois j’ai honte!
    • Les outils de marquage : là, j’ai à faire parce que j’utilise vraiment n’importe quoi pour marquer. De plus, j’ai toujours bâclé un peu cette étape pourtant cruciale. Alors autant accompagner mes bonnes résolutions avec du matériel adéquat, histoire de se mettre en ordre de bataille : la roulette est arrivée par la poste et ma mercerie a commandé du papier carbonne. Le marquage… Rien qu’en pensée, je me sens déjà stressée. La patience va être un défi permanent dans cette aventure CAP…

IMG_3224

Et voilà! Pour le reste du matos, j’ai déjà, je suis prête!

  • Les bases de la coupe : oui, bon… Ca va un peu avec le marquage hein. Quand on bâcle l’un, on a du mal à ne pas bâcler l’autre… Révision complète donc depuis la remise à l’équerre du tissu (je ne faisais jamais çà – vive le faux-biais!) jusqu’au marquage. Par grande chance, je peux « sauter » les passages bien connus sur le vocabulaire employé et les symboles patron.
  • Les bases de la couture machine (machine classique) : je connais ma machine et tous ses réglages, cela va sans dire. Par contre, oserais-je jurer que mes coutures sont précises? Vu que mon marquage ne l’est pas, forcément, non, je n’oserais rien affirmer. Suis-je même capable de dire, comme çà, à brûle pourpoint, si je peux coudre en suivant une ligne droite sans jamais m’en écarter de plus d’un millimètre (écart toléré lors du CAP)? Je parie que oui mais je ne sais pas le dire, je n’ai jamais essayé. C’est donc avec curiosité et intérêt que je me suis lancée dans les 36 exercices proposés par Christine Charles. 36 exercices qui sont un peu les lignes d’écriture de la couturière.

Bilan technique :

  • Coutures droites dans le droit-fil : ok
  • Coutures droites dans le biais : ok
  • Coutures droites parallèles : ok mais plus ok dans le droit-fil que dans le biais et plus ok pour coudre les parallèles à droite de la ligne repère qu’à gauche. Etonnant! Je n’ai pas fini avec çà, je sens que je vais faire des gammes souvent 😀 Par curiosité, je me suis mise à tester une couture droite dans la trame : surprenant de voir son fil dévier ainsi sans rien faire. Je n’avais jamais fait attention à cela.
  • Coutures courbes : ok

Bilan personnel : je ne couds déjà plus comme avant : tenir la ligne devient amusant et surtout CONSCIENT. Avant, je n’y prêtais pas beaucoup d’attention (c’était à peu près çà et c’était bien comme çà). De plus, les exercices proposés par Christine Charles ont attiré mon attention sur les différents comportements de la couture et du tissu suivant qu’on travaille le droit-fil ou le biais. J’appréhendais des lignes d’écriture bien ennuyeuses alors que finalement, ces exercices ont attisé ma curiosité. J’ai le sentiment de reprendre tout depuis le début mais sans plus griller d’étapes. Top!

Catégorie 3 : ça va être chaud!

  • Les bases de la couture machine (surjetteuse) : je n’ai jamais approché une surjeteuse de toute ma vie. Enfin, jusqu’à ce que ma nouvelle amie arrive dans les bras du facteur aujourd’hui. Jusqu’ici, je me contentais d’admirer les finitions des autres blogueuses (sb couture est sur ce sujet un de mes rendez-vous favoris : toujours aussi beau dedans que dehors avec elle!). Moi, je me tenais éloignée de cette machine coûteuse à l’air complexe avec ses 4 bobines. Trop impressionnante pour moi! Mais là, je n’y coupe pas. Ca fait partie du programme et surtout, ça fait partie de mes objectifs personnels : coudre du partageable, du transmissible, du durable. Le point zigzag de ma vieille compagne ne permet pas ce niveau de propreté et de solidité. Mais… Recevoir une machine par la poste ne va pas me transformer en super utilisatrice n’est-ce pas? Donc, les exercices proposés par Christine Charles sont bienvenus! En voici les premiers échantillons :

IMG_3223

  • Bien réagir face à un cahier de charges et lire une gamme de montage : Comment dire! C’est de l’info, à lire et relire, à retenir et sortir de sa tête au moment idoine. Donc, j’ai lu, relu et j’attends les premières réalisations de septembre pour vérifier ma compréhension.

Après ces préparatifs bien intenses, je vais m’offrir une semaine de repos avant d’entrer dans le vif du sujet en septembre. Je vous tiens au courant de mes mésavenures, promis!

Sophie

Avocat

Une veste Craftine Box

IMG_1370

Quel étonnante sensation qu’exhumer ces photos semblant sorties d’un autre temps! Elles sont de février, pourtant. Seulement 6 mois. Les mesures de lutte contre le COVID19 nous étaient inconnues et malgré l’actualité chinoise et italienne je ne les imaginais même pas.

Je faisais alors mes courses accompagnée d’Anabelle. Ce jour-là elle me suivait sur le parking du supermarché pour capter la photo qui ferait la Une de notre blog Couture. Vous savez? Ce bon vieux blog au nom étrange que personne ne comprend, plus même son inventrice motivée? Des gaufres au Guatemala! Alors qu’il n’y est jamais question ni de gaufres ni de Guatemala…

Bref, c’est dans le souci d’étoffer ce blog de couture familiale qu’Anabelle, notre couturière en herbe et photographe à ses heures, cherchait le cliché qui mettrait en valeur la veste Avocat, cousue pourtant sans enthousiasme par sa maman, votre dévouée, alors récemment cliente de Craftine Box.

Vous noterez, quelle incongruité, qu’il semblait alors fort commun d’afficher son sourire publiquement, tout comme je crois avoir déambulé librement dans les allées du magasin sans avoir au préalable enclenché mon chrono sur 30 minutes, désinfecté mes mains et éviter le contact d’autrui à moins d’un mètre cinquante. Je concevais peu et même pas du tout de disposer ce faisant d’un droit dont peut-être un jour je serais nostalgique… La préciosité d’un bien se révèle quand celui-ci vient à manquer, c’est bien connu.

Et donc, voilà, en révisant les photos d’Anabelle, j’ai peine à voir autre chose que toute cette eau coulée sous le pont de la pandémie. Il me faudrait pourtant y voir cette fameuse veste Avocat et vous en dire deux mots. Coupée dans la mauvaise taille (trop large) dans un tissu à mon sens trop fluide pour le modèle. Ce dernier, lui-même ne me parlant pas trop… Vous l’aurez compris, cette box-là aurait pu passer son chemin en ce qui me concerne. Cela dit, je dois surtout le résultat très moyen à mon manque d’engagement dès la coupe. Coudre sans passion, c’est mauvais!

A très bientôt pour des aventures plus enthousiasmantes!

 

CAP Couture : Go/No go

La grande décision…

Ta-damm!

J’en ai mis du temps pour décider de me lancer dans l’aventure CAP! Attention! Mes intentions ne sont pas de présenter l’examen du CAP Couture et ce pour différentes raisons : je suis Belge et ne suis pas très sûre des conditions auxquelles je peux ou non m’inscrire à une épreuve typiquement française, je n’ai pas nécessairement envie de me retrouver à nouveau en position de récipiendaire stressée et enfin, je n’ai pas besoin de ce diplôme pour accéder à un métier qui me ferait virer à 180° sur le chemin professionnel et me mettrait, comme à 20 ans, dans la peau d’une débutante qui doit encore tout démontrer. Ce sont des efforts que j’ai déjà consentis dans des domaines loin de mes préoccupations couturières : les projets IT et la GRH. Je suis comblée de ce côté.

Alors Sophie? Tu nous écris pour nous dire que tu as beaucoup réfléchi et que tu ne franchis pas le pas? Passionnante ton histoire… A vrai dire, si je ne veux pas présenter l’épreuve du CAP Couture, j’ai cependant décidé de profiter d’un ouvrage de Christine Charles (Rêve à Soie), soutenu par Artesane et paru récemment aux éditions Eyrolles, pour faire de l’année académique 2020-2021 une année d’apprentissage rigoureux. J’utilise au quotidien des techniques de couture que j’accommode/réinvente en fonction de mes besoins avec des fortunes variées dont ce blog et vous-mêmes, chers lecteurs, êtes le témoin fidèle.

Jusqu’à présent, un résultat « suffisant » me réjouissait. Mais une fois passée -ou plutôt acquise! – l’euphorie de porter ce que je fabrique, il s’installe en moi un sentiment de « bricolage » qui me déprime et, ces derniers temps, m’éloigne de mon petit atelier (ou disons de l’espace réservé que j’appelle pompeusement comme cela :-D).

De plus, mon corps évolue avec l’âge (et surtout avec la perte d’activité physique liée au confinement/déconfinement responsable). Et je constate que je ne peux pas espérer transmettre mes vêtements-maison trop petits dans l’état de finition qui est le leur. Ils ne verraient jamais les rayons d’une boutique de seconde main, recalés lors du tri de base parcequ’un bout de zip « stitche » (je suis Belge, je rappelle), parce qu’une parmenture récalcitre, parce que le point zigzag dont se contente tous les débutants n’empêche pas les bords de prendre un aspect « effiloché grave », parce qu’un zip invisible ne l’est pas tant que çà, parce que, parce que…

Alors je suis là, assise entre deux chaises. Le bouton « couture » toujours allumé au tréfonds de mon cerveau mais affaibli par le découragement d’avoir dans un premier temps progressé si vite (merci au défi « garde-robe capsule 2017 » de Clotilde du blog Couture & Clo) pour ensuite stagner tout autant.

Notez au passage que mon malaise s’étend à mesure que j’ignore les principes élémentaires de la couture responsable : doutant avec raison de mon niveau de précision et donc du résultat final, je ne me résous que rarement à investir dans des étoffes de qualité et/ou disposant de solides labels écologiques. Ce matériau étant trop couteux pour ce que je risque d’en faire! Donc, vous le comprenez, je boucle un peu beaucoup sur ma chaise de couturière.

Mon envie? Réaliser des vêtements offrables, partageables, durables et donc transmissibles. Et pourquoi pas, dans la foulée, une fois assurée de mes compétences, organiser des ateliers, des groupes de partage, des causeries productives, autour de cette passion qui peut se montrer aussi délassante qu’utile! Sur ce thème de l’utilité, nous rappellerons-nous la vélocité des autorités publiques à collecter les ouvrages fait-main de tous les couturiers amateurs du pays pour tenter de pallier la carence en masques au plus fort de la pandémie?

Je veux donc booster le développement de ma technique pour ma fierté personnelle, pour la qualité de mes productions, pour partager ma passion, pour offrir sans rougir, en un mot pour GRANDIR. Parmi mes centres d’intérêt : la couture au service de l’up-cycling. Partager, susciter l’intérêt des mes semblables et développer la créativité et la connaissance collective en la matière me tient très à coeur.

Mais n’allons pas plus vite que la musique. Pour poursuivre ses rêves, il faut s’en donner les moyens et pour l’instant, je me sens trop fragile techniquement pour laisser libre cours à mes ambitions de partage. Alors, devant vous ce jour, je pose le premier pas du reste de ma vie couturière et déclare :

« Moi, Sophie, de l’atelier Des Gaufres au Guatemala, je décide publiquement vouloir en finir avec les systèmes D, les solutions « à peu près » et « à-la-va-vite » dont je ne suis finalement jamais très fière. »

Comment vais-je m’y prendre? Durant les mois de confinement, j’ai découvert à travers l’initiative des master classes le site de formation Artesane. Parmi les intervenants qui m’ont le plus marquée (et ils sont quelques-uns), Christine Charles! Une femme très carrée dans ses explications! On la sent sans concession, passionnée, compétente et quoique je me sente une personnalité très différente de la sienne, elle a le don de me mobiliser. J’ai dévoré ses videos et pour finir, quand j’ai appris qu’elle sortait un livre qui accompagne le programme du CAP Métiers de la mode Vêtements flous, j’ai pensé que peut-être, c’était l’outil que j’attendais pour sortir de l’impasse.

Je me suis procuré l’ouvrage et juste après avoir éprouvé le bonheur de retrouver Christine à chaque lecture partielle, j’ai vite pris la mesure de l’effort que ce livre allait exiger de moi si je voulais le suivre vraiment. C’est la raison pour laquelle j’ai tant  tardé à vous écrire. Je ne voulais pas prendre de décision à la légère, j’avais besoin de signer un véritable engagement envers moi-même. Je ne pouvais rien publier avant d’y croire vraiment, avant d’être convaincue intimement de la pertinence du défi que je m’impose.

Comme ce cap est franchi (à défaut du cap CAP si vous me suivez… ben oui : on peut vouloir évoluer en couture sans toutefois renoncer à son humour douteux n’est-ce pas?), parlons du plan! Le livre de Christine Charles décompose le programme du CAP en 9 mois (et je sens que ce ne sera pas la plus reposante de mes grossesses.) Je propose donc de publier sur ce blog l’histoire de mes essais/erreurs, l’état de mes apprentissage, l’état de mon moral aussi j’imagine 😉 en rapportant tout çà au mois de référence du livre.

Donc, je vous dis à très vite autour de ce que j’ai appelé le « Mois Zéro »! Car avant de balbutier sur les sentiers de la couture professionnelle, il y a déjà pas mal de boulot pour disposer des pré-requis, comme je vous l’expliquerai dans un article prochain. Eh oui! C’est Christine Charles à la barre! Vous ne voudriez pas qu’on prenne le thé en attendant l’examen non?

Je vous embrasse,

Sophie

 

Fraise : le top!

et son petit sac trapèze

La Craftine Box d’été est arrivée et s’est glissée entre mes intentions de patronage et le projet Bikini de ma fille (projet de Clotilde « je couds mon maillot de bain 2020« ). Pas pu résister à cette double gaze couleur crème parsemée de pépites dorées. Quant au sac estival assorti, pas question non plus de postposer!

20200622_095640c3-696x530

Fraise, c’est un top aussi féminin que le veut son petit volant à l’encolure, très facile à coudre. Joli sur le devant…

…et mimi à l’arrière grâce à l’effet « papillon » de la manche :

Avec le petit sac, ça donne un ensemble estival, assez harmonieux avec mon pantalon en lin couleur naturelle :

Pour une fois sur ce site, les décors sont…normands! Et comme vous le voyez, c’est avec le top Fraise que j’ai rouvert doucement ma saison funambule 2020… Choix audacieux mais combien élégant 😀

Je vous embrasse (oui, depuis ce blog, je peux encore le faire ;-)),

Sophie.

%d blogueurs aiment cette page :