Louisa!

Janvier : un mois, deux défis!

Publicités

C’est reparti pour les défis relevés de justesse à la fin du mois! Cette année, je réponds à l’invitation d’Yvonne Violette et de son défi magazine ainsi qu’à celle du blog Entre veille et sérendipité et son défi « Je peux pas, j’ai couture! » (saison 2).

Ces deux défis n’étant pas nécessairement contradictoires, je me donne un peu de facilité, je le concède… Yvonne attend une oeuvre mensuelle tirée d’un magazine, tandis que « Je peux pas, j’ai couture! » demande un vêtement par mois.

En janvier donc, je propose…un vêtement tiré d’un magazine! Et ce vêtement, c’est Louisa, le chemisier sans col de La Maison Victor. Et vous savez quoi? Je l’adore! (le chemisier, pas ce fameux Victor dont j’ignore tout!)

Ce n’est pourtant pas sans me prendre les pieds dans le tapis que j’ai réalisé cette pièce : comme déjà dit, les explications laissaient à désirer et votre dévouée couturière aussi vu qu’elle n’a même pas capté que le patron des pièces principales était en deux parties et qu’il fallait rallonger les formes de base d’une bonne vingtaine de centimètres.

Résultat : un chemisier qui ne pourra jamais être rentré dans le pantalon à défaut d’une longueur suffisante. Mais du coup aussi, un chemisier avec une coupe un peu japonisante, genre « kimono ». Enfin je crois… Et je trouve que ça ne va pas si mal à ma morphologie.

Cependant, je ferai gaffe la prochaine fois, promis!

La prochaine fois? Ce sera quoi? J’avoue encore hésiter… Entre le chemisier Bobbie pour Anabelle, la robe Grace, la robe Madeline, la robe Estelle… Sans compter la Lora patineuse de Petite cousette qui me fait de l’oeil…

Sophie

Tipsy – Trousse de toilette

Allez faire plaisir à un homme!

Alerte rouge dans l’atelier des Gaufres : il faut fabriquer quelque chose pour… un mec! Eh oui, ça, c’est la contrainte entre toutes! Rien qu’à voir le regard de mon mari sur chacune de mes créations, genre « si ça te rend heureuse alors moi aussi », je me disais que cet objectif plaçait la barre bien haut…

Néanmoins, pleine de vaillance et de bravoure, j’ai choisi de décliner la trousse de toilette Tipsy, sortie du livre « Zo geknipt 2 », dans quelques coupons reçus à la fête des mères l’an dernier.

IMG_1220

Vous ne connaissez pas la trousse Tipsy? Je vous la présente! Mais avant cela, mon hommage aux deux stylistes qui partagent leurs idées sublimes avec nous dans un texte admirable et des photos très claires : Lies Botterman et Riet Van De Walle qui ont leur blog ici: http://levenmetliv.blogspot.be/p/zo-geknipt-zo-gesigneerd.html

Tipsy, c’est une trousse :

  • très belle parce qu’elle permet de composer avec 5 tissus assortis différents soulignés par un passepoil;
  • volumineuse sans en avoir l’air grâce à sa forme hémisphérique;
  • maligne car la fermeture est posée de travers, ce qui permet d’accéder au contenu de la trousse très aisément. Puis comme elle est plus large que haute, elle dispose d’une parfaite stabilité;

Hélas, mes photos lui rendent peu justice et mes photographes favoris sont au lit. Mais comme il me démange de partager cette réalisation avec vous, tant pis, j’utilise mes vilaines photos en comptant que votre légendaire imagination fera le reste. Si je vous dis qu’elle est superbe, vous me croyez non?

IMG_1285IMG_1284

Puis j’ai soigné l’intérieur aussi : coton bleu foncé et biais rouge à pois blanc!

Si ce garçon-là n’est pas content, je le pends! 🙂

 

« Raindrops keep falling on my head… »

« …And that doesn’t mean my eyes will soon be turning red! »

Hahaaa! On voit bien la différence quand on double le nombre de couturières! Les articles se suivent à un rythme effréné!

Le sujet du jour, c’est un haut en lainage couleur brique (même si les photos renvoient plutôt une idée de rouge écarlate), court sur l’avant, long à l’arrière, cousu en un tour de main. Normal! C’est un modèle Burda Easy! Et quand c’est easy, c’est pas compliqué!

Comme mon tissu est audacieusement transparent, mon mari ador–Euh… Je voulais dire, comme mon tissu est audacieusement transparent, j’ai choisi de mettre des coutures anglaises partout : beautiful et pas d’histoire d’effilochures entre nous!

Manches raglan, encolure évasée… Folie assurée!

Depuis le pays le plus pluvieux d’Europe, depuis le jardin le plus petit de Belgique, je vous salue et vous souhaite un excellent mois de décembre. Have fun!

Nouvelle génération

« Merci Saint Nicolas! »

Le mois dernier, dans un article un peu plus personnel que les autres (Coudre, c’est dire des mots doux), j’imaginais partager mon blog, un jour lointain, avec l’une ou l’autre de mes filles.

Je savais bien peu qu’Anabelle, du haut de ses 7 ans, inviterait Saint Nicolas à lui fournir une petite machine à coudre! Dotée de ce « très beau cadeau », après avoir dûment remercié ce Grand Saint qui comble les enfants du Nord de l’Europe continentale le 6 décembre de chaque année, elle s’est mise à coudre un foulard.

Ensuite, elle a requis que j’immortalise son oeuvre dans quelques clichés. Le pas qu’il me restait à faire était une évidence : « Et on en ferait un article sur notre blog? » Ravie, la star du jour pose pour les lecteurs des Gaufres au Guatemala :

Le tissu est un synthétique fin joliment décoré d’étoiles dans un coloris taupe. Je ne peux en dire davantage, il était compris dans la boite que Saint Nicolas avait déposée en secret à la faveur du soir. Anabelle a coupé le bord du coupon avec ses ciseaux de coupe et à l’aide de quelques épingles placées à 5 cm du bord. Elle a cousu un ourlet et a ensuite posé une dentelle couleur crème sur le pourtour. Elle m’a dit avoir veillé à réaliser un point d’arrêt.

« La première fois, j’avais peur de ce point d’arrêt mais après, on sait comment ça fonctionne alors c’est facile. »

La machine possède une pédale, fonctionne sur secteur, propose un unique point droit, un sens de couture avant et arrière. La canette est horizontale. Je trouve que la mise au point de la tension du fil reste galère. A part cela, elle est parfaitement sécurisante avec son cache de protection en plastique transparent.

J’espère que cette machine permette à Anabelle de s’entraîner en prenant le temps de vérifier son intérêt pour la couture. Mine de rien, ce foulard lui a déjà appris quelques gestes, les premiers tourments et les premiers émois.

Bienvenue Anabelle! L’atelier des Gaufres est tout à toi, tout à nous, il grandit aujourd’hui et c’est bien plus vite que je ne pouvais l’espérer. 🙂

Aigue-Marine

« Pourquoi détestez-vous Ivanne S? »

  • Le journaliste : « Pourquoi tant de haine envers Ivanne S.?
  • Des Gaufres au Guatemala : « Ah mais pardon! Renseignez-vous mon ami, j’adoooore Ivanne S! Ses patrons, son écriture, l’adaptabilité de ses créations,…
  • J : Dans ce cas, expliquez-nous pourquoi vous foirez systématiquement votre choix de tissu quand vous faites du Ivanne S?
  • GG : Systématiquement! C’est bien la presse, çà!
  • J : tout de même… Dois-je vous rappeler Opale et Aigue Marine?
  • GG : Soit. Mais vous oubliez Diamond et Perle de nacre!
  • J : Oui enfin… admettez que dans ces deux cas, le tissu se chiffonne tellement qu’il vous est pénible de sortir lesdites pièces…

AAAAAAH! Heureusement, je suis sortie en sursaut de ce cauchemar sans nom! Néanmoins, il me faut, chers lecteurs, avouer avec toute la déception qui s’impose qu’une fois de plus, j’ai foiré mon tissu, au risque de desservir le magnifique patron d’Ivanne. Ou alors, je dois me dire que je suis faite pour le Vintage, définitivement. Définitivement et malgré moi. En image, voici mon Aigue-Marine, vêtement d’octobre de la garde-robe capsule dans la catégorie « Manteau ».

Que de revers sur ce manteau :

  • Ma machine ne peut pas coudre de pareilles épaisseurs. 5 aiguilles ont été sacrifiées dans l’aventure pour un résultat qui pourrait être plus propre tout de même;
  • Pour la même raison, j’ai du renoncer à un magnifique double col pourtant prêt à assembler;
  • Ma machine ne peut pas non plus coudre les boutonnières des boutons initialement choisis. Trop grand. Changement last minute obligatoire (pas le temps de faire çà à la main);
  • Tissu cousu à contre-poil sur deux des 11 pans que compte le manteau (hors col)

En résumé, heureusement que j’ai la pochette d’Anabelle pour relever le tout! Et aussi merci à elle pour son premier reportage-photo.

Et vous, les autres participant à la capsule? Comment sortez-vous d’octobre? Je m’en vais aller voir çà! C’est un régal à chaque fois! Bises.

Sophie

Loup, loup, y es-tu? Que fais-tu?

Je mets ma cagoule…

Cela fait des mois que les enfants ont envie d’un costume de loup.

Cela fait des mois que je me suis procuré 50 cm de fourrure synthétique dans l’espoir de réaliser une paire de cagoules et de queues (modèle Les tissus du chien vert/La maison Victor de mars-avril 2017).

Il fallait la magie d’octobre pour que le charme opère…

Mais non! Point de magie à cela! Juste de la procrastination constructive. Vous savez, ce concept fabuleux qui explique si bien pourquoi je ne suis jamais aussi productive que lorsque j’ai des deadlines risquées sur des sujets pénibles (la combinaison de la garde-robe capsule par exemple…) Ces moments ou n’importe quelle autre activité que celle qui urge vraiment devient un impératif incontournable… Ces moments qui font de moi une bête de travail. En voilà encore un exemple. Et je ne vous parle pas du top en lainage transparent que j’ai cousu dans la foulée… Je n’ai pas encore de photos, il va falloir patienter 🙂

Le capuchon se ferme avec un bouton pression. La queue s’attache au pantalon grâce à un bout de ruban noir cousu autour d’une attache type « porte-clé » récupérée à d’anciens porte-badges.

Pochette surprise

La première cousette d’Anabelle

En octobre, je prépare un manteau pour relever le 10e défi du projet de Clotilde « Je couds ma garde-robe capsule 2017 ». Ce manteau est dessiné par Ivanne S. et porte le doux nom d’ « Aigue Marine ».

aigue marine

Il s’agit d’un manteau entièrement doublé, aux manches raglan, que je coupe dans un lainage du chien vert de couleur vison. Une imitation « poil de chameau » 🙂 Pour la doublure, j’opte pour un petit plumetis ton sur ton :

Le résultat, bien sûr, sera disponible le 30 octobre prochain, à moins que le ciel me tombe sur la tête. Néanmoins, voici un petit avant-goût… J’ai en effet concocté ce week-end une pochette assortie en récupérant mes restes de tissus (le tissu noir avait déjà été récupéré dans un projet précédent ( Comme un jardin de fleurs).

Pas de patron ou plutôt si, un patron dessiné en pur free-style. Un patron Des Gaufres au Guatemala en somme :-).

Et un talent ne naissant pas seul, dans la foulée, j’ai permis à une jeune fille de participer pour la première fois à une cousette. Maman appuyait sur la pédale, Anabelle guidait précautioneusement les tissus pour former une couture bien droite!

Résultat :

IMG_0916

Et l’intérieur capitonné :

IMG_0917Et voilà!

Tout ceci serait resté lettre morte sans l’inspiration considérable ressentié à la lecture de l’article de Natlie : Natliecreationsfaitmain

A très bientôt pour « le manteau qui va avec la pochette »!

Sophie