CAP Couture : Ambrosia

Le modèle du mois 1

Avant d’entrer dans le vif du sujet, laissez moi vous raconter mes retrouvailles récentes avec une cousine perdue de vue depuis de nombreuses années, ma cousine Jacqueline. Bien qu’elle soit largement mon aînée et que nos vies respectives ne nous permettent guère beaucoup de rencontres, j’ai toujours pris plaisir à nos trop rares conversations et le dernier épisode en date ne fait que le confirmer.

Si je vous parle de Jacqueline aujourd’hui, c’est que ce blog, qu’elle suit à partir de Facebook, lui a donné l’idée de m’informer qu’elle est …professeure de couture! Comme elle n’a jamais exercé, je l’ignorais. Dans la foulée, elle m’a montré des photos de la robe de mariée qu’elle s’était confectionnée à l’époque. Une merveille de satin, entièrement recouverte de guipure, qui affiche une telle tenue qu’aucun doute n’est permis : la chose a du être gérée au millimètre du début à la fin!

Et ceci me permet de dédier fort logiquement à Jacqueline l’article du jour, qui présente pas à pas mes efforts sur le chemin de la rigueur et de la précision. Fort heureusement pour moi, à ce stade, point encore de satin ni de guipure ;-).

Nouvelle étape donc du parcours CAP orchestré par Christine Charles : la jupe Ambrosia et son lot d’apprentissages. Ambrosia, dans sa variante de base que j’ai choisi de réaliser est une jupe avec empiècement et pli creux central.

J’ai honte de vous la présenter aussi chiffonnée mais voilà, mes petits photographes ne sont pas toujours volontaires au moment voulu et le soir, l’obscurité nous baigne déjà si tôt… Cela dit, vous la voyez ici portée après une intense journée de travail (avec marche, train, chaise de bureau,…). En ce sens, il me semble que cela plaide en sa faveur : bonne tenue et empiècement resté impeccable, sans pli disgracieux.

Ca, c’est peut-être grâce aux compétences fraîchement acquises de votre dévouée mais plus sûrement grâce à une qualité remarquable de coton sergé et d’entoilage de la maison Stragier. La découverte de cette qualité de textile que je n’avais encore jamais cousue (je ne suis pas fan de l’armure sergée) est une des nombreuses surprises de ce projet Ambrosia.

La gamme de montage

Lors de la réalisation, j’ai pu me familiariser concrètement avec la gamme de montage industrielle et j’ai beaucoup apprécié : excellent équilibre entre les explications de Christine (au mois 1, elle est encore comme une petite maman) et les consignes normalisées faites de pictogrammes, de numéros de point et de quelques mots. Il faut dire que, mes lecteurs le savent, j’éprouve souvent des difficultés à déchiffrer les instructions que nous prodiguent les magazines en langage naturel… Donc, oui, la gamme de montage structurée et peu verbeuse, J’ACHETE et j’en redemande (ce qui tombe bien, vous en conviendrez, vu les objectifs fixés.)

Les contrôles au fil de l’eau

A chaque étape de montage, la gamme fournit des indications très claires quant aux contrôles de qualité à effectuer :

Réglage de la surfileuse

Avant de commencer, tester le surfilage. Ci-dessus, on voit un espace entre la boucle du fil et le bord du tissu, signe qu’une correction de la longueur de point est nécessaire.

Réglage de la longeur de point

Avant de commencer toujours, sur deux épaisseurs d’une chute du tissu, le contrôle de la longueur de point permet de confirmer que chaque centimètre comprend 4 points, ce qui correspond aux instructions. Pur info, il suffit de programmer la longueur de point à 2,5 car 2,5 X 4 correspond bien à 1. 🙂

Réglage de la presse

Autre contrôle préalable : le réglage de « la presse » ou, ici, mon vieux fer à repasser. Suivant la qualité de l’entoilage, celui-ci peut préchauffer en position « 2 ».

Vérification du prépiquage

On approche du coeur du sujet dès l’étape 3 qui consiste à pré-piquer le fameux pli creux. Les deux plis sont jointifs à l’endroit du prépiquage et ce dernier est effectué à 7mm du bord : tout va donc pour le mieux!

Vérifier l’assemblage de l’empiècement

Il s’agit de vérifier la conformité au patron et l’alignement parfait des diverses parties de l’empiècement.

Partout la valeur de couture est respectée à 1 mm près. Ici, mesure d’une valeur à 1 cm :

Vérifier le positionnement du zip invisible

Sur le zip invisible, conclusion mitigée. Pour ce qui est d’aligner le côté gauche et le côté droit, tout va bien. Par contre, je ne parviens pas à maîtriser mon pied de biche spécial et finalement, en cours de travail, j’ai opté pour le pied de biche pour fermeture éclair classique. Du coup, n’a pas une fermeture parfaitement invisible et la propreté en fin de zip n’est pas non plus irréprochable. Pour moi, cette compétence reste clairement du côté « non acquis ».

Vérifier le point de glaçage du zip

Point de glaçage régulier, invisible et propre.

Je manque d’illustrations pour commenter les autres points de contrôles imposés par la gamme de montage mais vous voyez un peu le trip!

Le résultat

Que dire ? Sinon que comme souvent, la satisfaction est à la hauteur des efforts consentis.

Prenez soin de vous et des autres,

Sophie

CAP Mois 1 : Le basique à coudre

Grande odyssée d’une petite jupe droite

Dans le programme d’apprentissage du livre « Passez votre CAP avec Artesane.Com », chaque mois se décline à travers un certains nombre de rubriques récurrentes qui visent tantôt des connaissances théoriques, tantôt des exercices pratiques. Ces derniers connaissent chaque mois deux moments forts : la couture d’un basique de la couture et la réalisation d’une pièce plus complexe, le modèle du mois, dont le patron est fourni avec le livre.

Le présent article est consacré au basique à coudre pour ce premier mois de la course au CAP : une jupe droite, dotée de deux pinces sur le devant et deux pinces dans le dos.

Le choix d’un patron et d’un tissu

A l’inverse du modèle du mois, le basique du mois ne repose pas sur un patron fourni avec le livre. L’auteure spécifie simplement les caractéristiques que le vêtement doit présenter pour rencontrer les objectifs pédagogiques et à nous de rechercher le patron adéquat. Perso, j’adore cette approche car elle nous permet, tout en apprenant, de se confectionner des modèles qu’on apprécie!

Cela dit, pour celles ou ceux qui n’ont pas envie de repasser toute leur patronthèque en revue à la recherche du modèle parfait (je ne peux pas le concevoir mais sait-on jamais), Artesane met à la disposition des lecteurs de Christine Charles une liste de modèles compatibles dans diverses marques. Çà donne des idées et c’est bien agréable, même si certains liens vers les modèles en question ne fonctionnent pas…

Pour la petite jupe droite, je me suis avisée que les caractéristiques requises correspondaient au patron de base d’une jupe droite dans la méthode de patronage de « dp Studio. Or, c’est justement sur ce patron élémentaire que je suis en train de faire mes armes en patronage! Eh oui! Encore un bénéfice colatéral du confinement!

Mon envie de patronner est présente depuis longtemps, le temps pour m’y lancer l’était beaucoup moins. Un premier effort est recensé dans ce vieil article mais ce travail était resté sans suite. Puis, est arrivée la mi-mars 2020 et son lot de bouleversements dans nos vies. Avec lui cependant naît une idée chez Artesane qui aura impacté mon année et peut-être même mon être : les master classes à domicile en libre accès.

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ces soirées cocoon passées dans nos salons respectifs à disserter de nos loisirs préférés, à dessiner, coudre ou…patronner! C’est dans une soirée pilotée par Christine Charles (encore elle!) que j’ai à nouveau senti la flamme du patronage embraser tout mon être. Et à ce moment-là, du temps, j’en avais : les heures de trajet vers et depuis le bureau et/ou l’école m’étaient épargnés, ainsi que les séquences « devoirs et leçons » aux côtés de ma parfois renâclante Anabelle.

Après la masterclasse avec Christine Charles, je me suis offert le cours de patronage de Dominique Pellen sur le site d’Artesane et aujourd’hui, je suis très fière de vous présenter une jupe de base réalisée sur-mesure pour ma grande jeune fille. Vous l’aurez compris, je valorise doublement ce résultat! Il consacre mes premiers pas dans le programme CAP de Christine Charles et il témoigne de mes nouvelles et encore fragiles compétences en patronage.

Sur le patron, rien à dire : les explications de Dominique Pellen sont limpides et facilitent grandement l’entreprise. Lors du premier essai, j’ai seulement raté les courbes du tour de taille. C’est clairement la partie la plus délicate : d’une part la somme des arcs doit correspondre au millimètre près au tour de taille de la cliente (+ aisance) et d’autre part, les courbes, une fois les pinces fermées, doivent venir s’aligner parfaitement pour former un tour de taille lisse.

J’ai donc gommé et redessiné les courbes en suivant scrupuleusement la video d’Artesane et j’ai testé mon petit patron dans une mousseline de coton : la toile était parfaite : une ligne de taille hyper régulière et une cliente ravie. Pourtant, satisfaire une jeune fille de 16 ans sur le plan vestimentaire, ce n’est pas rien! D’ailleurs, sa satisfaction a vite cédé la place à son impatience de recevoir la version définitive qu’elle a commandé dans une gabardine bleu marine.

Petite contrainte sur les basique du mois : comme les fournitures destinées à réaliser les modèles du mois sont relativement coûteuses, les basiques se feront dans des tissus de stock exclusivement. Et du stock en gabardine bleue, j’ai! Cela dit, ma grande fille qui a des goûts classiques et un penchant pour les couleurs sombres a de suite adopté l’idée de ce tissu de bonne tenue.

L’état des apprentissages

Ca, c’est la magie qu’opère à chaque fois sur moi Christine Charles : au départ, je suis sûre de savoir faire le truc, puis je sors convaincue qu’il n’en n’est rien ET (c’est pour çà que c’est magique) je suis carrément contente! Cette jupe, par exemple, je n’en vois que les erreurs et approximations qui m’ont échappées et pourtant, objectivement, c’est le vêtement le plus propre et le plus rigoureux que j’aie jamais sorti de l’atelier.

Une jupe droite! « Nan mais là tu plaisantes Sophie, repasse le contenu de ton blog, tu vas revenir à la raison! Bien sûr tu couds une jupe droite en fermant les yeux! » Eh bien, non je vous assure, … Concrètement, qu’est-ce que j’ai appris, qu’est-ce qui m’a frappée, qu’est-ce que je retiens et qu’est-ce qui me résiste encore? Voici mon bilan!

Marquer précisément

C’est la première fois que je teste un parquage avec carbone et roulette. Ca semble assez précis et en tous cas très rapide.

Anabelle adore me regarder faire et je sens qu’elle s’y essaiera volontiers 🙂

Repasser une pince

J’y arrive paaaas… Les pinces semblent bien cousues, les finitions sont propres. Mais le repassage est navrant. Ma maman qui n’a pourtant pas lu les trucs et astuces de Christine Charles, me certifie que je dois utiliser un coussin tailleur, que le bord de la planche à repasser ne suffit pas à préserver l’arrondi nécessaire. Oups! Christine Charles l’avait bien écrit… Et un patron de coussin tailleur est disponible dans les supports en ligne. Je n’ai plus aucune excuse. J’essaierai dès que la jupe revient pour une première lessive car je ne pourrai pas aisément la reprendre à mon adolescente comblée.

Les pinces pseudo-repassées…
Poser un zip

OK, j’y arrivais déjà mais pas avec la même méthode! Et ici, le résultat est tellement beau que je trouve l’arrière de la jupe plus beau que l’avant!

Poser un gros grain de taille

« Oui, alors pour la taille de la jupe, on va faire simple hein les amis, on utilise un gros grain ». Eh bien, en ce qui me concerne, je n’avais jamais imaginé qu’on pouvait utiliser un gros grain comme finition pour une taille de jupe! Cela dit, ça ne pose pas de grosses difficultés et c’est une méthode que je suis contente de connaître désormais. Rapport effort/finition excellent! Après, j’avoue, je me suis vraiment laissée distraire et il faut faire attention : le gros grain, ça s’effiloche à vive allure! J’ai encaissé une petite imprécision à la taille liée au fait que mon centimètre de gros grain à rentrer ne faisait plus du tout un centimètre au moment idoine. J’avais mis mon doigt sur un fil qui dépassait légèrement, j’avais tiré en déplaçant l’ouvrage et… encore un peu je me retrouve sans gros grain!

Autre difficulté toujours en cours de résolution : la fixation par petits point du gros grain au niveau des pinces crée des tensions et des plis intempestifs. Je pense que je vais les supprimer carrément…

Réaliser un ourlet en double rempli surpiqué

Vous savez quoi? L’ourlet, c’était classiquement l’étape qui me saoulait. Tout est fait, on a déjà envie de porter le vêtement mais non! Il reste cette foutue couture droite sans intérêt, longue comme un jour sans pain et c’était toujours dans un mood assez déplorable que je me mettais à l’oeuvre. Et l’humeur, en couture, ça se paie souvent cash. Ici, j’ai suivi chaque étape décrite par Christine Charles et j’ai réalisé l’ourlet le plus jouissif de ma carrière de couturière amateure : le truc parfait qui ne varie pas d’un millimètre et qui n’a ni début ni fin! C’est surtout cet aspect qui m’impressionne : le point de départ et le point d’arrivée se rencontrent parfaitement au sein d’un même point et c’est tout. C’est propre, c’est beau, j’adore.

Surfiler une pièce

Je reviens sur un pré-requis du mois zéro qui continue à manquer. J’ai surfilé les pièces de ma jupe avec ma toute nouvelle compagne, une surfileuse raseuse parfaite. Mais je sens que j’ai encore besoin d’entraînement avec elle. Surfiler sans raser n’est pas accessible comme çà immédiatement, si?

Voici l’endroit de l’ourlet où se rencontrent parfaitement le point de départ et le point d’arrivée. Satisfaction garantie!!!

Ensuite, il suffit de rentrer proprement les fils et l’ourlet est magnifique.

Mon bilan à ce stade : je redécouvre mes pratiques couturières, j’apprends et je suis fière de ce que je produis. J’avoue qu’il est parfois chronophage de remettre en causes toutes ses habitudes pour se conformer aux consignes et suggestions du livre mais je m’y contrains car c’est la seule façon de progresser.

J’ai hâte de vous réécrire, peut-être au sujet du modèle de mois? Je sais déjà qu’il présente quelques exigences à ne pas sous-estimer…

A très vite!

Perle de nacre (#jecoudsmagarderobecapsule2017)

J’aime sa coupe, sa couleur, sa matière, ses petits détails craquants…

Ding dong! Le 30 avril est déjà là. Voici venue l’heure de lever le voile sur ma première « Perle de nacre », qui est aussi mon premier contact avec Ivanne S.

Que dire? Sitôt commencée, sitôt achevée, cette magnifique jupe s’est laissée faire du début à la fin. Et je l’aime! Même si je n’ai pas osé la doubler en raison des multiples plis à l’avant (vous feriez comment vous? Une idée?)

Je l’aime et pourtant… comme le prédisait l’auteure, elle se montre intransigeante avec ma silhouette. Peu flatteuse. Mais c’est plus fort que moi. J’aime sa coupe, sa couleur, sa matière, ses petits détails craquants : l’encoche dans la ceinture dos :

Sans titre10

les plis obliques à l’avant :

Sans titre6

les poches italiennes…

Sans titre14

Bizzarerie : pour respecter le tableau de mensurations d’Ivanne S., il m’a fallu ajouter 3 tailles à ma taille du commerce qui est aussi ma taille Burda!! Première expérience de la sorte…

Résultat final :

Sans titre9

 

Tissu : ramie turquoise (Les tissus du chien vert)

Tirette et fil : Veritas

Projet d’avril : perle de nacre

Vive le printemps vive la tulipe!

Comme il est difficile de se concentrer sur un modèle au printemps! L’air sent bon la pluie fraîche et la primevère… Les promesses de soleil se font pressantes aux portes de notre imaginaire et il nous faut tout en même temps : la jupe longue pour paresser dans un hamac à l’ombre des bambous, la chemise ample pour recouvrir moins négligemment qu’il ne paraît le jean moulant, la robe à fleurs, trop fraîche, trop mimi…

Heureusement, quand je suis dans un trip comme celui-là, la voix de ma grande soeur et marraine (autant dire la voix de ma conscience) vient résonner (et raisonner!) à mes oreilles : « Sophie, il n’y a que 30 jours en avril, tu délivres toujours à la dernière minute, alors maintenant, tu tranches et tu te tiens à une seule idée à la fois! »

Et comme elle a raison… Nous voici le 3 du mois, je n’ai ni modèle ni tissu… Alors ce soir, je me fais violence et je me jette à l’eau : le modèle « perle de nacre » d’Ivanne S. sera le symbole de ma grande résolution. Après vous avoir toutes lues sur cette auteure et le soin qu’elle apporte à ses explications, je veux moi aussi tester la magie « Ivanne S. »

Déjà son livre est un roman! Le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas avare de mots pour nous accompagner et nous aider à nous approprier son oeuvre 🙂 Mais aussi, il est beau, il est grand comme on ne fait plus, il transpire de son univers, et j’aime çà.

Perle de nacre donc, que je réaliserai dans une toile ramie (genre lin) de couleur turquoise vif :

PerleNacre

Il s’agit d’une jupe-tulipe qui risque bien, de l’aveu même d’Ivanne, de me faire un bassin des moins flatteurs mais nous verrons celà en temps voulu. Pour l’heure, vive le printemps, vive la tulipe!

%d blogueurs aiment cette page :