Nous, sommes les grenouilles

qui pensent et qui croient, crooâ

Publicités

Pour un cadeau particulier à une personnes particulière qui entretien un lien particulier avec ce batracien qui foisonne en nos contrées, j’ai imaginé un Tipsy dans un tissu qui grenouille à tout-va. Sur le Tipsy et leur deux adorables créatrices, allez voir mon article consacré à mon premier Tipsy : Tipsy – Trousse de toilette.

Sur le Tipsy du jour, le choix de tissu est le suivant :

Je recycle les chutes rouge et bleu marine du premier Tipsy et j’agrémente le tissu principal de grenouilles vertes. Le rouge est en doublure intérieure tandis que le bleu marine encadre la tirette, choisie elle en rouge, pour trancher et pour rappeler la doublure une fois la trousse ouverte.

Comme précédemment, j’ai beaucoup de mal à rendre justice à sa forme sur les clichés. Tâchez d’imaginer qu’elle est une demi-lune ourlée de passepoil rouge. Et c’est à peu près çà. Ca donne ceci :

La tirette posée de biais, c’est la marque du modèle. C’est beau, surprenant et pratique à la fois. Je me demande ce que le grenouillon qui me sert de frère en pensera 🙂

Nouvelle génération

« Merci Saint Nicolas! »

Le mois dernier, dans un article un peu plus personnel que les autres (Coudre, c’est dire des mots doux), j’imaginais partager mon blog, un jour lointain, avec l’une ou l’autre de mes filles.

Je savais bien peu qu’Anabelle, du haut de ses 7 ans, inviterait Saint Nicolas à lui fournir une petite machine à coudre! Dotée de ce « très beau cadeau », après avoir dûment remercié ce Grand Saint qui comble les enfants du Nord de l’Europe continentale le 6 décembre de chaque année, elle s’est mise à coudre un foulard.

Ensuite, elle a requis que j’immortalise son oeuvre dans quelques clichés. Le pas qu’il me restait à faire était une évidence : « Et on en ferait un article sur notre blog? » Ravie, la star du jour pose pour les lecteurs des Gaufres au Guatemala :

Le tissu est un synthétique fin joliment décoré d’étoiles dans un coloris taupe. Je ne peux en dire davantage, il était compris dans la boite que Saint Nicolas avait déposée en secret à la faveur du soir. Anabelle a coupé le bord du coupon avec ses ciseaux de coupe et à l’aide de quelques épingles placées à 5 cm du bord. Elle a cousu un ourlet et a ensuite posé une dentelle couleur crème sur le pourtour. Elle m’a dit avoir veillé à réaliser un point d’arrêt.

« La première fois, j’avais peur de ce point d’arrêt mais après, on sait comment ça fonctionne alors c’est facile. »

La machine possède une pédale, fonctionne sur secteur, propose un unique point droit, un sens de couture avant et arrière. La canette est horizontale. Je trouve que la mise au point de la tension du fil reste galère. A part cela, elle est parfaitement sécurisante avec son cache de protection en plastique transparent.

J’espère que cette machine permette à Anabelle de s’entraîner en prenant le temps de vérifier son intérêt pour la couture. Mine de rien, ce foulard lui a déjà appris quelques gestes, les premiers tourments et les premiers émois.

Bienvenue Anabelle! L’atelier des Gaufres est tout à toi, tout à nous, il grandit aujourd’hui et c’est bien plus vite que je ne pouvais l’espérer. 🙂

Coudre, c’est dire des mots doux

C’est se serrer dans les bras, chuchoter « je t’aime ».

Les soirs de pluie sombres comme une nuit sans lune, les soirs un peu comme celui-ci, quand, à l’étage des marmots, le silence est tombé, je me demande quels souvenirs ils prendront sous leur bras au moment de partir construire leur vie ailleurs.

Singulièrement, je me demande si la maman qui rentre épuisée à 19h laissera autre chose dans les mémoires que l’absence et l’indisponibilité.

Mais aujourd’hui, Anabelle expliquait à son père que sa maman lui préparait un pantalon « indestructible », « avec 4 poches », « qui tient bien mais qui ne serre pas »,… Et en se pelotonnant sous la couette à l’heure du coucher, elle disait rêver de pouvoir le porter demain.

Ouille! Demain? C’est faire peu de cas de ma boulette d’hier quand j’ai entrepris de monter la ceinture…à l’envers! Le tout en points triplement solides pour résister à l’élasthanne. Mais cet envie-là dans les yeux d’Anabelle donne des ailes. Puis la robe de Noël d’Eve attend au fond d’une revue, sans parler du costume de Raoul…

Qui sait si, point par point, au fil du fil, nous ne tissons pas les chaînons manquants des semaines trop chargées? Qui sait si, autour d’une passion, nous ne nous retrouverons pas un jour à partager ce blog entre mère et filles un peu comme au Labo des Filles (un super site qui lui aussi comprend une Annabelle)?

Nous le verrons bien. En attendant, je partage avec vous ma première tentative de pantalon « facile à porter », « facile à faire ». Le choix de tissu est signé Anabelle qui a feuilleté toutes les pages de l’e-shop des Tissus du Chien Vert pour trouver ce tissu genre « jean » avec élasthanne. Le modèle, validé par l’intéressée après moultes hésitations, s’appelle « Wanderer » de chez Ottobre (magazine Spécial Enfant Automne 2017).

Il présente plus d’un intérêt :

  • Une double épaisseur au niveau des genoux (d’où l’aspect « indestructible » vanté à mon avis trop hardiment par Anabelle);
  • Une ceinture élastique;
  • Deux poches italiennes à l’avant;
  • Deux poches volumineuses plaquées à l’arrière;
  • Une fausse braguette pour le look;

Les détails en image :

Demain, quand le réveil sonnera, une petite fille aura du mal à quitter la chaleur de son lit pour affronter le froid et rejoindre l’école mais… quelque chose qu’elle n’avait pas vu la veille, accroché à un cintre près de sa garde-robe, la fera sortir en trombe et commencer une belle journée.

Dans le fond, coudre, c’est dire des mots doux, se serrer dans les bras, chuchoter « je t’aime ».

Belle soirée…

Loup, loup, y es-tu? Que fais-tu?

Je mets ma cagoule…

Cela fait des mois que les enfants ont envie d’un costume de loup.

Cela fait des mois que je me suis procuré 50 cm de fourrure synthétique dans l’espoir de réaliser une paire de cagoules et de queues (modèle Les tissus du chien vert/La maison Victor de mars-avril 2017).

Il fallait la magie d’octobre pour que le charme opère…

Mais non! Point de magie à cela! Juste de la procrastination constructive. Vous savez, ce concept fabuleux qui explique si bien pourquoi je ne suis jamais aussi productive que lorsque j’ai des deadlines risquées sur des sujets pénibles (la combinaison de la garde-robe capsule par exemple…) Ces moments ou n’importe quelle autre activité que celle qui urge vraiment devient un impératif incontournable… Ces moments qui font de moi une bête de travail. En voilà encore un exemple. Et je ne vous parle pas du top en lainage transparent que j’ai cousu dans la foulée… Je n’ai pas encore de photos, il va falloir patienter 🙂

Le capuchon se ferme avec un bouton pression. La queue s’attache au pantalon grâce à un bout de ruban noir cousu autour d’une attache type « porte-clé » récupérée à d’anciens porte-badges.

Doublé gagnant! (#jecoudsmagarderobecapsule2017)

Le col roulé Lotta et le T-Shirt Thomas

En septembre, mois de rentrée, mois de tous les périls, je voulais mettre toutes les chances de succès de mon côté : après la méga-chemise du mois dernier (La chemise (#jecoudsmagarderobecapsule2017)), un peu de repos et de sécurité étaient bienvenus.

Du coup, après avoir jeté un oeil rapide aux consignes de Clotilde, je me convaincs aisément de me mettre sur le haut Jersey. Ben oui : quand il ne reste plus que çà, le manteau, le pantalon et la combinaison,… le compte est vite fait 🙂

Un haut jersey donc! Là, ce sont d’abord deux semaines de tergiversations douloureuses car des modèles qui me plaisent, il y en a. Dans mon placard, un coupon du Chien vert que j’imagine bien sur le patron « Lotta » d’Annabel Benilan (Vestiaire scandinave) : une blouse à col roulé! Cool… Moi que le simple mot de « septembre » fait frissonner, je vais me faire un truc un peu chaud et confortable pour avancer tranquille vers l’automne! Top là!

Sitôt dit, sitôt fait! Car les modèles d’Annabel Benilan ont ceci de merveilleux qu’ils se consomment immédiatement : explic limpide, coupe aisée,… On pourrait presque se coudre les vêtements qu’on veut le matin avant de partir. PRESQUE j’ai dit! Néanmoins, comme il me restait une chute de tissu et de l’énergie, j’ai décidé de refaire un T-shirt Thomas de La Maison Victor à Anabelle (la mienne cette fois! Ffff Y a trop d’Annabelle dans cet article, on ne s’y retrouve plus…)

Résultat :

IMG_0850 Réaction de l’intéressée : Oh! On peut s’habiller de la même façon toi et moi? Ravies, c’est avec plaisir que nous nous sommes laissées aller à un peu de fantaisie devant l’objectif de notre photographe Raoul :

Super! On s’est bien amusées! Et pour les esprits pratiques qui ont compris que le triathlon à venir (pantalon-manteau-combinaison) allait bientôt montrer à la cigale que je fus que seule la fourmi passe un bon hiver, ma foi, je réponds : « je sais, je sais… » Mais demain est un autre jour… Je vous embrasse.

Sophie

Short sarouel 

La couture-maison de Coralie me touche beaucoup : comment se simplifier la vie quand on est jeune maman? J’adore!!

La petite maison de Coco

Hello❣️

Savez-vous vous qu’il est franchement difficile de trouver des patrons simples ?

Je voulais pour Jules des shorts simplissimes, style couture-minute et surtout maxi confort, pour passer l’été.

A t-il réellement besoin de poches, d’oeillets, de cordelettes et autres empiècements ? A l’heure où il mange comme Dédé le cochon 🐷, au point que je doive le doucher après les repas, eh bien je dis que NON.

J’ai déjà eu ce problème l’année dernière, je n’avais rien trouvé et finalement il avait fait si moche et pluvieux que je n’avais rien cousu, les deux shorts que j’avais encore de son frère avaient largement suffi.

Cette année, j’ose croire qu’on aura un vrai été et il va falloir habiller ce bébé en conséquence ❣️

J’ai feuilleté TOUS mes Ottobre et je n’ai rien trouvé. Pour les filles oui, version bloomer et cie, mais pour un petit mec, rien ❣️

View original post 147 mots de plus

Petit panda blond

Thomas, le T-shirt addictif de La Maison Victor

Ce week-end, sous un rayon de soleil et dans une atmosphère de pré-vacances, j’ai saisi mes ciseaux, sorti un bout de tissu choisi par mon exigente petite fille et retrouvé ma découpe du patron taille 122 du T-shirt Thomas de La Maison Victor utilisé une première fois voici peu de temps (Mon diplodocus d’amour)

Le résultat ne s’est pas fait attendre et le t-shirt aux pandas a immédiatement été adopté par sa jeune commanditaire.

Une heure de travail et du plaisir au bout du fil. Encore et toujours…