Lora!

En jersey aussi!

Lora, c’est une robe de La Maison Victor. Et La Maison Victor, vous le savez, c’est le magazine que je mets à l’honneur dans le cadre du défi « Magazine couture 2018 » lancé par Yvonne Violette.

Lora, c’est une robe prévue pour un tissu structuré ou en tricot lourd peu ou pas extensible. Mais comme il arrive parfois, j’avais envie de désobéir, de faire fi de toutes les recommandations de l’éditeur même si je sais que mes audaces en la matière sont rarement porteuses…

Mais cette fois sur ce chemin de l’effronterie couturière, je n’étais pas seule! Petite cousette m’avait montré la voie avec sa merveilleuse Lora patineuse : elle, non seulement osait le jersey comme il me démangeait de faire, mais encore décidait-elle de transformer la jupe un peu « tulipe » en jupe ronde froncée à la taille, la fameuse patineuse!

Et le résultat m’a convaincue, frappée, subjuguée, impressionnée, inspirée…

Si bien que l’idée de produire une Lora en jersey a germé dans mon esprit frondeur. Le résutat? Voyez plutôt!

Les tissus sont du chien vert. L’imprimé aux motifs urbains est un vrai coup de coeur. La robe quant à elle est de celle que je ferai et referai à l’envi, en jersey ou en tissé d’ailleurs. Contrairement à Petite cousette , je me suis contentée de conserver le patron orginal et sa tulipe. Seule modification indispensable avec le jersey : suppression du zip invisible (j’en étais toute marrie pensez bien! :-D)

Lora, c’est aussi ma contribution de février aux défis « couture magazine » d’Yvonne Violette et « Je peux pas j’ai couture » de Entre veille et sérendipité

Louisa!

Janvier : un mois, deux défis!

C’est reparti pour les défis relevés de justesse à la fin du mois! Cette année, je réponds à l’invitation d’Yvonne Violette et de son défi magazine ainsi qu’à celle du blog Entre veille et sérendipité et son défi « Je peux pas, j’ai couture! » (saison 2).

Ces deux défis n’étant pas nécessairement contradictoires, je me donne un peu de facilité, je le concède… Yvonne attend une oeuvre mensuelle tirée d’un magazine, tandis que « Je peux pas, j’ai couture! » demande un vêtement par mois.

En janvier donc, je propose…un vêtement tiré d’un magazine! Et ce vêtement, c’est Louisa, le chemisier sans col de La Maison Victor. Et vous savez quoi? Je l’adore! (le chemisier, pas ce fameux Victor dont j’ignore tout!)

Ce n’est pourtant pas sans me prendre les pieds dans le tapis que j’ai réalisé cette pièce : comme déjà dit, les explications laissaient à désirer et votre dévouée couturière aussi vu qu’elle n’a même pas capté que le patron des pièces principales était en deux parties et qu’il fallait rallonger les formes de base d’une bonne vingtaine de centimètres.

Résultat : un chemisier qui ne pourra jamais être rentré dans le pantalon à défaut d’une longueur suffisante. Mais du coup aussi, un chemisier avec une coupe un peu japonisante, genre « kimono ». Enfin je crois… Et je trouve que ça ne va pas si mal à ma morphologie.

Cependant, je ferai gaffe la prochaine fois, promis!

La prochaine fois? Ce sera quoi? J’avoue encore hésiter… Entre le chemisier Bobbie pour Anabelle, la robe Grace, la robe Madeline, la robe Estelle… Sans compter la Lora patineuse de Petite cousette qui me fait de l’oeil…

Sophie

Loup, loup, y es-tu? Que fais-tu?

Je mets ma cagoule…

Cela fait des mois que les enfants ont envie d’un costume de loup.

Cela fait des mois que je me suis procuré 50 cm de fourrure synthétique dans l’espoir de réaliser une paire de cagoules et de queues (modèle Les tissus du chien vert/La maison Victor de mars-avril 2017).

Il fallait la magie d’octobre pour que le charme opère…

Mais non! Point de magie à cela! Juste de la procrastination constructive. Vous savez, ce concept fabuleux qui explique si bien pourquoi je ne suis jamais aussi productive que lorsque j’ai des deadlines risquées sur des sujets pénibles (la combinaison de la garde-robe capsule par exemple…) Ces moments ou n’importe quelle autre activité que celle qui urge vraiment devient un impératif incontournable… Ces moments qui font de moi une bête de travail. En voilà encore un exemple. Et je ne vous parle pas du top en lainage transparent que j’ai cousu dans la foulée… Je n’ai pas encore de photos, il va falloir patienter 🙂

Le capuchon se ferme avec un bouton pression. La queue s’attache au pantalon grâce à un bout de ruban noir cousu autour d’une attache type « porte-clé » récupérée à d’anciens porte-badges.

Doublé gagnant! (#jecoudsmagarderobecapsule2017)

Le col roulé Lotta et le T-Shirt Thomas

En septembre, mois de rentrée, mois de tous les périls, je voulais mettre toutes les chances de succès de mon côté : après la méga-chemise du mois dernier (La chemise (#jecoudsmagarderobecapsule2017)), un peu de repos et de sécurité étaient bienvenus.

Du coup, après avoir jeté un oeil rapide aux consignes de Clotilde, je me convaincs aisément de me mettre sur le haut Jersey. Ben oui : quand il ne reste plus que çà, le manteau, le pantalon et la combinaison,… le compte est vite fait 🙂

Un haut jersey donc! Là, ce sont d’abord deux semaines de tergiversations douloureuses car des modèles qui me plaisent, il y en a. Dans mon placard, un coupon du Chien vert que j’imagine bien sur le patron « Lotta » d’Annabel Benilan (Vestiaire scandinave) : une blouse à col roulé! Cool… Moi que le simple mot de « septembre » fait frissonner, je vais me faire un truc un peu chaud et confortable pour avancer tranquille vers l’automne! Top là!

Sitôt dit, sitôt fait! Car les modèles d’Annabel Benilan ont ceci de merveilleux qu’ils se consomment immédiatement : explic limpide, coupe aisée,… On pourrait presque se coudre les vêtements qu’on veut le matin avant de partir. PRESQUE j’ai dit! Néanmoins, comme il me restait une chute de tissu et de l’énergie, j’ai décidé de refaire un T-shirt Thomas de La Maison Victor à Anabelle (la mienne cette fois! Ffff Y a trop d’Annabelle dans cet article, on ne s’y retrouve plus…)

Résultat :

IMG_0850 Réaction de l’intéressée : Oh! On peut s’habiller de la même façon toi et moi? Ravies, c’est avec plaisir que nous nous sommes laissées aller à un peu de fantaisie devant l’objectif de notre photographe Raoul :

Super! On s’est bien amusées! Et pour les esprits pratiques qui ont compris que le triathlon à venir (pantalon-manteau-combinaison) allait bientôt montrer à la cigale que je fus que seule la fourmi passe un bon hiver, ma foi, je réponds : « je sais, je sais… » Mais demain est un autre jour… Je vous embrasse.

Sophie

Petit panda blond

Thomas, le T-shirt addictif de La Maison Victor

Ce week-end, sous un rayon de soleil et dans une atmosphère de pré-vacances, j’ai saisi mes ciseaux, sorti un bout de tissu choisi par mon exigente petite fille et retrouvé ma découpe du patron taille 122 du T-shirt Thomas de La Maison Victor utilisé une première fois voici peu de temps (Mon diplodocus d’amour)

Le résultat ne s’est pas fait attendre et le t-shirt aux pandas a immédiatement été adopté par sa jeune commanditaire.

Une heure de travail et du plaisir au bout du fil. Encore et toujours…

Mon diplodocus d’amour

« Je brille de mille feux! »

Pour contenter Anabelle (7 ans), il fallait produire un T-Shirt! Damned! Un T-shirt! Je ne sais pourquoi (le jersey? les emmanchures? le col?), l’idée me répugnait. Alors j’ai essayé : « une jupe? » « une robe? » « un gilet? », « un pantalon training? »

Mais Anabelle sait ce qu’elle veut : un T-shirt. Finalement, j’esquivais tant et tant qu’elle a fini la discussion sur « un T-shirt avec des dinosaures dessus, c’est tout! ».

Bien! Au lieu de faire face à un défi : mon blocage psychologique sur un T-Shirt, j’en avais un second : du jersey jurassique. La leçon est claire : la prochaine fois, maman, tu fais ce qu’on te demande tout de suite, ce sera moins d’inconvénients. LOL

Alors, j’ai consulté mon fournisseur privilégié (Les Tissus du Chien Vert) et cette chose me tendait les bras :

dinoUne merveille de dinos, dorure comprise! Ahaaa! Maman gagne un point, là! Et c’était de bonne augure… Car ce T-shirt est l’histoire de deux heures de bonheur avec ma petite machine à coudre.

Le modèle est un T-Shirt Thomas de La Maison Victor! Astuce : ce T-Shirt réalise l’emmanchure en deux temps :

Temps 1 : fixation du haut de manche à l’emmanchure encore ouverte.

Temps 2 : fermeture du bas de manche en une fois avec le côté du T-Shirt.

Finitions parfaites : très très propre!

Le plus facile, le plus rapide des T-shirts, pour un résultat top top! 100% approuvé par Anabelle, qui le porte ici au lever du lit, avant le peigne du matin :-)!

nana

(j’ai eu chaud!)

Quant aux restes de ce tissu improbable… Nikita prend une option sur son futur coussin de panier :

chat

%d blogueurs aiment cette page :