Coudre, c’est dire des mots doux

C’est se serrer dans les bras, chuchoter « je t’aime ».

Les soirs de pluie sombres comme une nuit sans lune, les soirs un peu comme celui-ci, quand, à l’étage des marmots, le silence est tombé, je me demande quels souvenirs ils prendront sous leur bras au moment de partir construire leur vie ailleurs.

Singulièrement, je me demande si la maman qui rentre épuisée à 19h laissera autre chose dans les mémoires que l’absence et l’indisponibilité.

Mais aujourd’hui, Anabelle expliquait à son père que sa maman lui préparait un pantalon « indestructible », « avec 4 poches », « qui tient bien mais qui ne serre pas »,… Et en se pelotonnant sous la couette à l’heure du coucher, elle disait rêver de pouvoir le porter demain.

Ouille! Demain? C’est faire peu de cas de ma boulette d’hier quand j’ai entrepris de monter la ceinture…à l’envers! Le tout en points triplement solides pour résister à l’élasthanne. Mais cet envie-là dans les yeux d’Anabelle donne des ailes. Puis la robe de Noël d’Eve attend au fond d’une revue, sans parler du costume de Raoul…

Qui sait si, point par point, au fil du fil, nous ne tissons pas les chaînons manquants des semaines trop chargées? Qui sait si, autour d’une passion, nous ne nous retrouverons pas un jour à partager ce blog entre mère et filles un peu comme au Labo des Filles (un super site qui lui aussi comprend une Annabelle)?

Nous le verrons bien. En attendant, je partage avec vous ma première tentative de pantalon « facile à porter », « facile à faire ». Le choix de tissu est signé Anabelle qui a feuilleté toutes les pages de l’e-shop des Tissus du Chien Vert pour trouver ce tissu genre « jean » avec élasthanne. Le modèle, validé par l’intéressée après moultes hésitations, s’appelle « Wanderer » de chez Ottobre (magazine Spécial Enfant Automne 2017).

Il présente plus d’un intérêt :

  • Une double épaisseur au niveau des genoux (d’où l’aspect « indestructible » vanté à mon avis trop hardiment par Anabelle);
  • Une ceinture élastique;
  • Deux poches italiennes à l’avant;
  • Deux poches volumineuses plaquées à l’arrière;
  • Une fausse braguette pour le look;

Les détails en image :

Demain, quand le réveil sonnera, une petite fille aura du mal à quitter la chaleur de son lit pour affronter le froid et rejoindre l’école mais… quelque chose qu’elle n’avait pas vu la veille, accroché à un cintre près de sa garde-robe, la fera sortir en trombe et commencer une belle journée.

Dans le fond, coudre, c’est dire des mots doux, se serrer dans les bras, chuchoter « je t’aime ».

Belle soirée…

6 réflexions sur « Coudre, c’est dire des mots doux »

  1. Je suis admirative de tes oeuvres Sophie, quand chez moi, et ce malgré les cours que je suis, ma juimpsuit finit en costume de Sirène, et qu’il m’arrive fréquemment de coudre le fond des manches, si et seulement si, je suis déjà parvenue à les monter (d’où l’expression liégeoise bien connue « mais qu’est-ce que c’est que ça pour une emmanchure ! ? »), ce qui est nettement moins pratique pour la vie quotidienne 😦 … mais bon, il paraît que la couture est relaxante, alors je m’accroche, malgré le fait, que je l’ai bien compris, je n’excellerai jamais dans cet art là. Continue de nous épater ma belle !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :